Vers un nouvel étalon-or? Ou une guerre des monnaies avec la Chine?

Par Peter Koenig

La rumeur veut que les mois encore à venir de 2020 pourraient apporter des changements drastiques et explosifs dans le système financier mondial. Mais de telles rumeurs « apocalyptiques » ont circulé à chaque début d’automne au cours des dernières années. Pourquoi ? – Le dollar américain s’affaiblit de plus en plus. Il n’est pas tout à fait en chute libre, mais il reste une une devise importante pour les échanges commerciaux et une monnaie de réserve mondiale clé. Et pour de nombreux économistes, tout ça est difficile à comprendre.

Cependant, il est peu probable que l’effondrement du dollar se produise du jour au lendemain. Cela ne serait pas bon pour l’économie mondiale, car trop de pays dépendent encore du dollar.

Les faits sont là :

1) Les réserves de change de la Chine viennent de passer à l’équivalent de 3 112 milliards de dollars US, dont environ 1 300 milliards libellés en dollars US – et en général, les réserves de change continuent de croître ;

2) à court terme, peut-être d’ici la fin 2021, le yuan ou le renminbi chinois (RMB) pourrait devenir la troisième monnaie de réserve du monde, après le dollar américain et l’euro, dépassant le yen japonais et la livre sterling, selon les données de la CNBC ;

3) selon Morgan Stanley, au moins 10 régulateurs (c’est-à-dire les banques centrales et les institutions similaires de régulation du marché des changes) ont ajouté le yuan à leurs réserves en 2019, portant le total à 70 – et ce chiffre est en augmentation ; et

4) selon la FED, l’économie des États-Unis pourrait perdre plus d’un tiers de son PIB jusqu’à la fin de 2020 ou la mi-2021, tandis que l’économie chinoise devrait croître de 1,3 % (FMI) en 2020, et selon les propres estimations de la Chine jusqu’à 3,5 %.

Compte tenu de l’effondrement de l’économie mondiale lié à la covidéité, et la Chine étant la seule grande économie qui devrait croître cette année, le nombre de détenteurs de réserves de yuans pourrait augmenter de manière drastique d’ici la fin de 2020 et surtout jusqu’en 2021, ce qui suggère que les banques centrales du monde entier réalisent que pour leur stabilité financière, elles doivent augmenter leurs avoirs en yuans de manière significative dans un avenir prévisible. Cela signifie qu’elles devront se défaire d’autres monnaies de réserve, comme le yen japonais, la livre sterling, mais surtout du dollar américain. Par exemple, la Russie a dévalué le dollar, réduisant ses avoirs en dollars de 96 %.

Le ministre russe du Commerce, Denis Mantourov, a appelé ses collègues des BRICS à augmenter leurs échanges en monnaie locale au lieu du dollar américain. Le commerce en monnaies nationales est un aspect essentiel de la coopération de l’alliance des cinq nations qui comprend le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, et c’est un moyen efficace de dédollariser leurs économies.

La Chine et la Russie, ainsi que de nombreux pays de la Coopération de Shanghai (SCO), commercent depuis de nombreuses années déjà dans leur monnaie locale ou en yuan, en particulier dans le cadre d’échanges transfrontaliers, mais ils encouragent également les accords d’échange de devises avec d’autres pays, désireux d’échapper à la main de fer des sanctions des États-Unis.

Dans une interview accordée à MarketWatch, Stephen Roach, senior fellow de l’université de Yale et ancien président de Morgan Stanley Asia, déclare que les coronavirus pourraient provoquer une baisse spectaculaire du dollar américain dans un avenir proche : « À l’ère de la Covid, tout se déroule à la vitesse de l’éclair« . M. Roach a également prédit une baisse du dollar pouvant atteindre 35 % par rapport aux principales devises internationales. Il ajoute que, compte tenu des perspectives économiques actuelles, cela pourrait se produire assez rapidement.

En effet, alors que les économies occidentales ont du mal à se maintenir à flot, la Chine se prépare à lancer une nouvelle monnaie internationale, le RMB numérique, adossé à l’or, éventuellement crypté, comme monnaie de paiement et de réserve internationale, complètement en dehors du système SWIFT dominé par le dollar. La nouvelle monnaie RMP est actuellement testée dans plusieurs villes chinoises avec des résultats positifs.

La Banque populaire de Chine – la Banque centrale de Chine – a récemment révélé qu’elle prévoyait de préparer sa monnaie numérique souveraine à temps pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022. Le déploiement international pourrait en fait avoir lieu beaucoup plus tôt, peut-être en 2021, ou plus tôt si les événements monétaires internationaux le justifient. Quoi qu’il en soit, la nouvelle monnaie commerciale pourrait très probablement trouver un attrait étonnant auprès de nombreux pays désireux de se dédollariser et de cesser d’être sous la menace de sanctions de la part de Washington..

Il est clair que toute monnaie ou tout moyen de paiement légal qui deviendra une grande monnaie de réserve et de commerce international doit être soutenu par une économie forte. Le soutien d’une économie forte est tout à fait proportionnel au yuan. L’économie chinoise actuelle, en termes de production réelle – et solide – et de stabilité à long terme, peut facilement être considérée comme la plus importante du monde. Comparer, par exemple, le PIB chinois au PIB américain, c’est comme comparer le jour et la nuit : Le PIB chinois représente plus des deux tiers de la production et de la construction tangibles et solides d’infrastructures, de logements, de transports, d’énergie, etc. ; alors que le PIB américain est presque l’inverse, plus de la moitié est constituée de consommation et d’industries de services. La plupart des productions solides sont externalisées. Cela distingue sans aucun doute le yuan ou le RMB des monnaies fiduciaires, tout comme le dollar et l’euro – qui ne sont soutenus par rien. Autrement dit,, l’économie chinoise et sa monnaie attirent une grande confiance au niveau international.

Malheureusement, ces différences ne sont pas (encore) reflétées par la comptabilité linéaire non distinguée du PIB, mais elles sont reconnues par les observateurs et les analystes économiques internationaux, y compris les trésoriers des nations du monde entier.

Ce sont là de bonnes raisons pour que le nouveau RMB ou yuan numérique se développe rapidement en tant que principal actif commercial et de réserve pour de nombreux pays. Il dépassera très probablement de loin le Bitcoin, souvent annoncé comme le « nouvel or », ou monnaie de réserve.

Non seulement le nombre de pays détenant la monnaie chinoise dans leurs réserves bancaires augmenterait rapidement, mais le montant total des réserves du yuan pourrait monter en flèche plus rapidement que ne le prévoient les analystes, ce qui signalerait clairement la fin de l’hégémonie du dollar américain. Cela pourrait sans aucun doute modifier l’équilibre mondial du pouvoir économique.

« Avec le recul, on peut dire que les deux événements historiques déterminants de 2020 sont la pandémie de coronavirus et la monnaie numérique [de la Chine]« , a déclaré récemment Xu Yuan, chercheur principal au Centre de recherche sur la finance numérique de l’Université de Pékin, dans le South China Morning Post.

Ces développements ne sont pas ignorés par Washington. Les États-Unis ne renonceront pas si facilement à leur hégémonie sur le dollar, ce qui signifie qu’ils contrôleront largement l’économie et les flux financiers mondiaux. Bien que la période du contrôle total de l’économie mondiale par le dollar soit irréversiblement révolue, Washington a l’intention de retarder ce transfert de pouvoir aussi longtemps que possible. Bien qu’une guerre ouverte entre les deux pays ne soit pas exclue, il est plus probable d’assister à une guerre des monnaies.

Conformément à la Grande remise à zéro annoncée par le Forum économique mondial (FEM) et, parallèlement, à la prévision de la Grande Transformation du FMI (voir ceci et cela), une sorte de révolution monétaire pourrait être lancée, en introduisant éventuellement un instrument majeur pour le lancement de la Grande remise à zéro, alias Transformation.

En théorie, Washington pourrait, via le FMI, revenir à une sorte d’étalon-or. Il pourrait devenir un système de devises numérique de type DTS destiné à remplacer le dollar et le yuan / RMB numérique émergent comme monnaie d’échange et de réserve. La composition actuelle du DTS comprend les cinq principales devises internationales, à savoir le dollar américain (41,73%), l’euro (30,93%), le yuan (10,92%), le yen (8,33%) et la livre sterling (8,09%).

Bien que le yuan soit largement sous-évalué, notamment par rapport au dollar américain et à l’euro, le yuan est finalement présent dans le panier de monnaie depuis 2017 et est ainsi devenu un actif international officiel de change et de réserve. Les pondérations respectives dans le panier du DTS ont été fixées pour la dernière fois en 2016 et sont valables 5 ans, ce qui signifie qu’elles devront être renégociées et réajustées en 2021.

Si l’on poursuit avec l’hypothèse du nouvel étalon-or, il se pourrait bien que dans l’hypothétique nouvelle monnaie de type DTS, l’or joue un rôle prépondérant, qui éclipserait la faiblesse du dollar américain. Cependant, comme ce fut le cas avec l’étalon-or de 1944, le département du trésor-FED des États-Unis insisterait pour que la valeur de l’or dans le panier de monnaie soit liée au dollar – ce qui augmenterait de facto de manière disproportionnée le poids respectif du dollar dans le panier.

Si un tel accord hypothétique était accepté par la majorité des pays – les États-Unis ont toujours le seul droit de veto dans les deux institutions de Bretton Woods, le FMI et la Banque mondiale – le « DTS » hypothétique basé sur l’or serait un concurrent sérieux au yuan / RMB numérique internationalisé émergent.

Pour éviter une telle situation, une éventuelle guerre des monnaies, la Chine, en tant que détenteur d’importantes réserves d’or directes et indirectes, pourrait envisager de créer un marché de « matières premières aurifères » dont le prix serait fixé en yuan / RMB – et inviter d’autres grands producteurs d’or, comme la Russie, le Venezuela, l’Afrique du Sud et d’autres pays ne se trouvant pas sur l’orbite des États-Unis, à se joindre à elle dans une autre monnaie, c’est-à-dire un marché de l’or libellé en yuan, ou une valeur moyenne pondérée de l’or des trois principaux acteurs du marché alternatif des matières premières aurifères, par exemple.

Cette monnaie alternative libellée en or serait renforcée par la puissance des économies respectives qui la soutiendraient.

En fin de compte – comme cela a déjà été démontré aujourd’hui – la confiance internationale dans les économies respectives et leurs monnaies – qu’elles soient adossées à l’or ou non – déterminera l’issue d’une éventuelle confrontation monétaire. La Chine, déjà engagée dans le commerce transfrontalier en monnaie locale et qui étend les accords de commerce du yuan au niveau international, par exemple avec les mesures de swap de devises en place avec la Russie, l’Iran et le Venezuela, serait bien placée pour briser l’hégémonie des États-Unis sur les devises.

Enfin, l’objectif n’est pas d’avoir une hégémonie pour remplacer une autre puissance dominante, mais d’établir un monde équilibré avec plusieurs pôles régionaux ou centres financiers qui favoriseraient un équilibre monétaire qui accompagnerait progressivement les progrès de l’Initiative Ceinture et Route (ICR, le pont qui enjambe le monde (voir ceci), avec un accès de plus en plus égal aux ressources vitales pour construire pacifiquement une communauté mondiale avec un avenir de partage pour l’humanité.

Peter Koenig

Article original en anglais :

Towards a New Gold Standard? Or a Currency War with China? Publié le 6 octobre 2020.

Traduit par Maya pour Mondialisation

Cet article a été publié à l’origine sur New Eastern Outlook.

Peter Koenig est un économiste et un analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l’environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé dans le monde entier dans les domaines de l’environnement et de l’eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne telles que Global Research, ICH, New Eastern Outlook (NEO) et bien d’autres encore. Il est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed, une fiction basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale dans le monde entier. Il est également co-auteur de The World Order and Revolution ! – Essais de la Résistance. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation. La source originale de cet article est Mondialisation.ca Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2020

Laisser un commentaire