Une députée russe compare l’Ukraine à une dictature africaine

La députée russe et membre de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Elena Panina, a déclaré que l’Ukraine ressemble de plus en plus à une dictature africaine comme celle du Zaïre dans les années 1970.

Cette déclaration est venue en réponse aux propos du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitri Kouleba, qui a qualifié le « monde russe » de monotone, et a ajouté que la Russie ne pourrait pas le mettre en œuvre en Ukraine par la méthode du « soft power ».

D’après la députée russe, il est révélateur que le ministre ukrainien ait fait cette déclaration après la censure des principales chaînes de télévision d’opposition et dans le contexte de la destruction de l’éducation en russe, en hongrois et dans d’autres langues parlées en Ukraine.
Publicité

« En fait, c’est le monde multiethnique russe qui est fort de par sa diversité, il a beaucoup de couleurs et de nuances. Et l’Ukraine moderne rappelle chaque année davantage un État autoritaire arriéré où même le mot « fédéralisme » est interdit, et la « liberté d’être soi-même » n’existe que pour les néofascistes, défilant avec les portraits de Bandera et de Choukhevitch. Pour tous les autres, l’Ukraine est un espace d’instabilité, de peur et de délabrement », a déclaré Mme Panina.

La députée a rappelé que pendant l’époque soviétique, l’Ukraine « était à la pointe du progrès », une république dotée d’une industrie moderne, d’une science et d’une culture élevée.

« Où tout cela se trouve-t-il maintenant ? L’Ukraine ressemble de plus en plus au Zaïre africain de l’époque de Mobutu, où une dictature pro-occidentale combinait un nationalisme d’hommes des cavernes et une corruption rédhibitoire », a-t-elle conclu.

Pour rappel, Mobutu Sese Seko était un dictateur congolais qui a dirigé pendant 32 ans la République démocratique du Congo, qu’il a rebaptisé Zaïre. Quand il a quitté le pays, l’économie du pays était en ruine. Ce qui ressemble en effet beaucoup à l’état actuel de l’Ukraine.
Publicité

Le fond de retraites ukrainien a déjà un trou de 2,1 milliards de hryvnias (62,5 millions d’euros) dans son budget dès le mois de janvier, neuf unités de centrales électriques se retrouvent à l’arrêt pour réparations d’urgence en même temps, six autres le sont faute de carburant, et la centrale nucléaire de Zaporojié a subi un incendie qui l’a aussi obligée à se mettre à l’arrêt, et alors que l’Ukraine refuse toujours le vaccin russe contre le coronavirus Sputnik V, la société chargée de livrer le vaccin chinois a demandé de repousser le délai de livraison à avril !

Christelle Néant

Voir l’article sur Donbass Insider

Agoravox

Laisser un commentaire