Somalie: La relance du secteur pétrolier et gazier se concrétise

Après 20 ans d’inactivité, la Somalie relance son secteur pétrolier en partenariat avec Shell et Exxon

Annoncée en juin dernier, la relance du secteur pétrolier et gazier somalien se concrétise pour le pays Est-africain qui a entrepris des réformes. La Somalie vient de conclure un partenariat stratégique avec la coentreprise Shell / Exxon, établissant un plan de prospection et de développement de quelques blocs offshores.

La Somalie et la joint-venture composée de Shell et d’Exxon Mobil se sont accordées sur une feuille de route, en vue de l’exploration et du développement de blocs offshores du pays. Une première étape vers la conversion de concessions préalablement cédées en accords de partage de la production, conformément au nouveau code pétrolier du pays. Le partenariat s’appuie sur l’accord signé à Amsterdam le 21 juin 2019, suivi du décaissement de 1,7 million de dollars de la coentreprise Shell / Exxon pour la location de surfaces et le règlement d’obligations contractées sur des blocs offshores. Pour prévenir toute tension autour de l’exploitation des ressources énergétiques, l’accord de partage des recettes instauré par le pays (déjà décimé par une longue guerre civile) exige la rétribution des sommes perçues aux Etats membres de la Somalie.

 Le traitement et la distribution de cette somme entre les Etats membres démontrent la force de l’accord de partage des revenus de la Somalie et fournissent un modèle pour le traitement futur des fonds provenant de l’exploration et de la production pétrolière, a déclaré le ministère du Pétrole et des Ressources minérales dans un communiqué de ce lundi 2 mars. En mai dernier, les autorités somaliennes avaient décrété une loi réglementant le partage des revenus pétroliers, avec l’objectif de relancer le secteur. Les termes de cette loi stipulent que le gouvernement central somalien conservera 55% des revenus de la future production pétrolière offshore, tandis que les Etats régionaux se partageront le reste. Pour la production de pétrole onshore, le gouvernement fédéral somalien conservera 30% des revenus, les Etats régionaux et leurs communautés vont se répartir les parts restantes. Ces derniers peuvent décider de manière indépendante de la gestion des recettes.

Le ministère s’est aussi engagé à créer un environnement fiscal et réglementaire attrayant pour permettre aux compagnies pétrolières indépendantes et internationales d’entrer au large de la Somalie.

«Je suis ravi que nous ayons convenu d’une feuille de route initiale avec la coentreprise Shell / Exxon. Cela nous donne confiance dans notre capacité à explorer plus notre potentiel d’hydrocarbures offshore. Nous entretenons une relation de longue date avec la coentreprise Shell / Exxon et nous espérons que cela se poursuivra alors que nous cherchons à fournir les éléments de base nécessaires à la croissance de notre économie », a déclaré Abdirashid Mohamed Ahmed, ministre des ressources pétrolières et minières du pays dans le communiqué.

La Tribune Afrique

Laisser un commentaire