Sénégal : l’activiste Guy Marius Sagna placé sous mandat de dépôt pour « fausse alerte au terrorisme »

L’activiste Guy Marius Sagna a été placé sous mandat de dépôt ce vendredi 19 juillet pour « fausse alerte au terrorisme », trois jours après son interpellation.

Trois jours après son interpellation, l’activiste Guy Marius Sagna, membre des mouvements citoyens « Aar Li Nu Bokk » et « Frapp-France Dégage », a été placé sous mandat de dépôt pour « fausse alerte au terrorisme ». Une détention provisoire qui ferait suite à la publication d’un communiqué de presse de « Frapp-France Dégage » daté du 15 juillet et intitulé « La France prépare un attentat terroriste au Sénégal », relatif à la présence militaire française que le collectif estime liée à l’augmentation des actes de terrorisme.

Le collectif accuse la France de « préparer psychologiquement les populations à vivre avec l’idée de la menace terroriste » et la met en garde contre toute volonté de reproduire ce schéma au Sénégal. Un communiqué signé par « Frapp-France Dégage », mais pas nommément par Guy Marius Sagna. « Mon client dément formellement que ces propos soient les siens », réplique l’un de ses avocats Me Aly Kane.À LIRE Ces empêcheurs de tourner en rond qui font la vitalité démocratique du Sénégal

Les publications en question

À la suite de son arrestation le mardi 16 juin, les suppositions sont allées bon train concernant le motif de l’interpellation de Guy Marius Sagna par la gendarmerie de Colobane. Rapidement déféré devant le parquet, il aurait d’abord été interrogé, selon Me Aly Kane, au sujet d’une autre publication – émise cette fois sur son compte Facebook – : « Mourir dans un hôpital de l’ancienne puissance coloniale alors qu’ils ont eu le temps pendant 59 ans de doter ce pays de structures hospitalières dignes de ce nom !!! Quelle tristesse ! Quel gâchis ! », avait-il publié le 15 juillet, peu après l’annonce de la mort d’Ousmane Tanor Dieng, premier secrétaire du parti socialiste sénégalais, à Paris.

Post qu’il a fait suivre d’un second, concernant un ex-Premier ministre sénégalais Mahammed Boun Abdallah Dionne : « [Il est aussi] allé se soigner à l’extérieur. Pauvres citoyens Sénégalais qui n’ont pas accès aux fonds politiques, aux fonds des institutions budgétivores. Celles et ceux qui se battent depuis toujours pour un autre Sénégal, vous vous êtes aussi battus pour que Boun soit soigné au Sénégal. Pour que, surtout le petit peuple se soigne grâce à un système de santé national, démocratique et populaire. La lutte continue ! Les peuples vaincront. »

« La question de la fausse alerte terroriste n’est arrivée que deux jours après l’arrestation de mon client, après un retour de parquet », peste Me Kane. « Guy Marius Sagna est un activiste et un leader dynamique de la société civile qui gêne beaucoup. On cherche par tous les moyens à le faire taire. »

Jeune Afrique

Laisser un commentaire