Sénégal-hé! Va travailler.

Le Vendredi 01 mai, 91 cas positif sur 901 tests. La psychose a semble-t-il atteint son paroxysme. Le nombre de cas a frôlé la centaine. Au feu!

S’est on dit simplement que depuis le début de la pandémie, au Sénégal en tout cas, notre ratio tourne autour de 10% de cas positif par test? Ce qui fait qu’il ne faut pas exclure l’idée d’avoir 100 cas positif pour 1000 tests, 1000 tests positifs sur 10.000.
Oui ce n’est qu’une hypothèse, mais non moins considérable.

Le ministre de la santé monte au créneau et clame une situation alarmante. « Le nombre de cas a plus que quintuplé! »
Oui, mais tout comme le nombre de test, monsieur le ministre. Rien, n’a changé. Le ministre des transports met en garde, sous peine d’emprisonnement. La persuasion, monsieur le ministre à défaut d’efficacité, mais pas de menace.
Le président de république prolonge l’état d’urgence jusqu’au 2 juin. L’aide alimentaire tant attendue, financée par le peuple, pour le peuple à la contribution de la propagande du parti au pouvoir. Quel mérite, monsieur le président. Aujourd’hui n’est-il pas légitime de se demander la pertinence de cette aide alimentaire qui tarde à arriver?
Jaayma Mburu, une innovation majeure du ministère du commerce et des PME. Quelle prouesse! Cheuteteutt… Jusqu’à quand, pour qui, à quel coût pour le contribuable sénégalais?

L’indiscipline sénégalaise est décriée dans les réseaux sociaux comme dans les plateaux de télés. Certains appellent à sévir, au nom de leur politesse certainement, de leur incompréhension de la situation, ou simplement de leur contribution dans une émission où faire le malin semble donner, à certains bons journalistes dans le passé, une place de chroniqueur tolérable pour ne pas dire respectable.

Moi je dis que ce peuple en a marre du corona, il collabore plus qu’il ne lui est possible parce qu’il veut retourner assez rapidement à une vie de liberté.
Liberté de circuler, de travailler, d’étudier, de culte, de penser.
Oui, il nous est même interdit de penser autrement. Il nous faut adopter obligatoirement le vocabulaire en vigueur : Corona, Covid-19, morts, confinement, gel, madar, masque, aide alimentaire, mesures barrières, impacté(s), cas, rester chez soi, couvre-feu, état d’urgence, loi d’habilitation. Avouons que c’est peu donner, sérieusement, nous méritons mieux. Pensez-y.

Ne serait-il pas possible de penser outre, de se dire tout simplement que nous devons aller travailler, du moins laisser les sénégalais y aller? Tant que l’occident stagnera, il nous verra comme DEMBA. Après la traversée, il nous fera porter ses bagages et ne se gênera point de nous sacrifier là où un merci nous aurait suffit. THIAROYE 44 est encore dans les mémoires, ceux qui sont morts ensemble, furent des frères africains, sur les feux, non pas de l’ennemi (aujourd’hui corona) mais de l’allier, l’ami, le frère DUPONT.

Rendons le port des masques obligatoires s’il le faut, réglementons sérieusement le transport, les ressources humaines sont là. Allons travailler, s’il faut cultiver la terre durant l’hivernage, allons-y, nous recolterons l’autosuffisance alimentaire et ce serait déjà un point de départ. Nous avons assez perdu de temps, nous nous sommes assez laisser influencés, assez entretués.

Apo, Libre penseur

Laisser un commentaire