Quand Akon montre la voie à suivre.

PROJET DE REALISATION DE LA CITE FUTURISTE.

Lentement mais sûrement, le projet ‘’fou’’ du musicien sénégalo-américain, Akon, celui de bâtir une cité futuriste dans son pays d’origine, est en train de prendre forme. En effet, la pose de la première pierre d’Akon city, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est intervenue le 31 août dernier. C’est une ville écologique entièrement autonome qui sera bâtie sur une superficie de 800 hectares dans le département de Mbour, à plus de 80 km de Dakar et coûtera la faramineuse somme de 6 milliards de dollars soit 3 300 milliards de F CFA. Pour un rêve fou, c’en est vraiment un. Cela est d’autant plus vrai qu’Akon city disposera de sa cryptomonnaie, baptisée Akoin. En attendant de voir ce gigantesque projet sortir de terre, l’on peut, d’ores et déjà, saluer l’initiative de la star sénégalo-américaine. Car, il faut bien le reconnaître, ils ne sont pas nombreux, ceux qui réussissent à l’étranger et qui se soucient de l’image de leur pays à plus forte raison, y réalisent un projet. A travers ce projet futuriste, Akon montre la voie à suivre. Il est important que les Africains comprennent qu’il est temps de donner une autre image du continent que celle des guerres, des maladies et des famines que l’Occident se plaît souvent à véhiculer. Et ce n’est pas impossible d’autant que le continent noir regorge d’immenses richesses. Il est vrai que le projet d’Akon parait inouï aux yeux de bien des personnes. Et elles n’ont pas totalement tort quand on sait que son coût est supérieur aux budgets annuels de nombreux Etats africains réunis. C’est dire si la mobilisation des ressources financières paraît une œuvre titanesque. Certes, les investisseurs se montrent favorables à délier les cordons de la bourse. Mais entre une promesse et sa concrétisation, il y a parfois loin. Mais comme on le dit, les grandes réalisations commencent toujours par un rêve.
Il serait bon que les Akon se multiplient à travers le continent
Si Gustave Eiffel n’avait pas rêvé grand, la Tour Eiffel qui fait aujourd’hui la fierté de la France et attire des millions de visiteurs, ne verrait jamais le jour. Akon nourrit un rêve qu’aucun Africain n’a encore porté, mais de là à croire que c’est un projet voué à l’échec, c’est un pas qu’il faut se garder de franchir d’autant que de par le passé, l’artiste a fait preuve de son attachement au développement de l’Afrique à travers d’autres réalisations. On se rappelle son projet ‘’Akon lighting Africa’’. Considéré au départ comme un mirage, ce programme d’électrification du continent est aujourd’hui mis en œuvre dans 14 pays. Preuve, s’il en est, qu’Akon ne rêve pas debout. En tout cas, le Sénégal, pour ne pas dire toute l’Afrique, gagnerait à le soutenir d’autant qu’Akon city vise à montrer aux yeux du monde qu’en plus des pierres précieuses, l’Afrique peut davantage être un continent d’attraction sur les plans touristique, culturel et environnemental. C’est donc peu dire que si ce projet aboutit, il fera du pays de la Teranga, une référence dans le domaine du tourisme au plan mondial. Autant dire que le Sénégal a tout à gagner en soutenant Alioune Badara Thiam, ainsi qu’il s’appelle à l’état civil. Car, au-delà de sa dimension touristique, ‘’Akon city’’ est un projet pourvoyeur de milliers d’emplois. Or, c’est tout ce dont l’Afrique a besoin aujourd’hui pour sa jeunesse qui ne sait plus à quel dirigeant se vouer. Cela dit, il serait bon que les Akon se multiplient à travers le continent afin de lui donner un visage plus reluisant.
Dabadi ZOUMBARA

Laisser un commentaire