Notre planète a raté l’occasion de lutter ensemble contre la « pandémie » !

par Andre Vltchek.

Il est temps de mettre fin aux accusations irresponsables.

Au moment où cet essai est écrit, plus de 17 millions de cas de COVID-19 ont été signalés dans le monde entier, et 676 000 personnes sont mortes. Et au lieu de se concentrer sur des recherches sérieuses, d’essayer de sauver des vies humaines et de tenter de mettre fin à cette calamité mondiale, les « résidents » de la Maison Blanche dépensent toute leur énergie à leur propre survie politique, ainsi qu’à la survie du régime.

Aux États-Unis, tant l’establishment que l’opposition bourdonnent de théories du complot fantasmagoriques. Tout le monde crie, et personne n’écoute.

Le COVID-19 a été dangereusement politisé. Afin de « sauver sa peau », la Maison Blanche n’a cessé d’accuser la Chine de l’origine de la pandémie et de sa gestion. Plusieurs responsables du gouvernement américain ont pointé du doigt, de manière irresponsable, Pékin. Certains sont allés jusqu’à affirmer que la pandémie avait été fabriquée dans l’un des laboratoires de la ville de Wuhan. Un peu comme une « théorie de Frankenstein », digne d’une bande dessinée ou d’un film d’horreur, mais sans aucune analyse sérieuse.

Les analyses sérieuses sont cependant souvent négligées par les médias grand public. Bien qu’elles soient reprises par ceux qui sont intéressés et impartiaux.

Le Telegraph en a fait état le 5 juillet 2020 :

« Le Dr Tom Jefferson, tuteur principal du Centre for Evidence-Based Medicine (CEBM), pense que de nombreux virus sont en sommeil dans le monde entier et émergent lorsque les conditions sont favorables.

Selon un expert de l’université d’Oxford, le coronavirus peut avoir été mis en sommeil dans le monde entier et a émergé lorsque les conditions environnementales étaient favorables à leur développement plutôt que de commencer en Chine.

Le Dr Tom Jefferson, maître de conférences au Centre for Evidence-Based Medicine (CEBM), à Oxford, et professeur invité à l’Université de Newcastle, affirme qu’il y a de plus en plus de preuves que le virus était ailleurs avant son apparition en Asie.

La semaine dernière, des virologistes espagnols ont annoncé qu’ils avaient trouvé des traces de la maladie dans des échantillons d’eaux usées prélevés en mars 2019, neuf mois avant que le coronavirus n’apparaisse en Chine.

Des scientifiques italiens ont également trouvé des preuves de la présence du coronavirus dans des échantillons d’eaux usées à Milan et à Turin à la mi-décembre, de nombreuses semaines avant que le premier cas ne soit détecté, tandis que des experts ont trouvé des preuves de traces au Brésil en novembre 2019 ».

Il semble que plusieurs pays d’Europe aient en fait souffert des nouveaux cas de coronavirus bien avant leur apparition en Chine. Les Européens ne savaient tout simplement pas qu’ils étaient confrontés à « ce nouveau type de grippe mortelle ». Ou bien ils n’avaient pas la capacité ou la volonté de détecter et de définir la nouvelle pandémie aussi rapidement que les médecins et les scientifiques chinois.

Le 20 juin 2020, The Independent s’est précisément penché sur cette question :

« Le nouveau coronavirus – Sars-Cov-2 – est peut-être en Europe depuis plus longtemps que ce que l’on pensait. Des études récentes ont suggéré qu’il circulait en Italie dès décembre 2019. Plus surprenant encore, des chercheurs de l’Université de Barcelone ont trouvé des traces du virus lors de l’analyse d’échantillons d’eaux usées non traitées datant du 12 mars 2019.

L’étude a récemment été publiée sur un serveur de préprints, medRxiv. Elle fait actuellement l’objet d’un examen critique par des experts extérieurs en vue de sa publication dans une revue scientifique. Cependant, tant que ce processus d’examen par les pairs n’est pas terminé, les preuves doivent être traitées avec prudence ».

« Alors, comment l’expérience a-t-elle été menée et qu’ont trouvé exactement les scientifiques ?

L’une des premières découvertes sur le Sars-Cov-2 est qu’il se trouve dans les excréments des personnes infectées. Lorsque le virus se fraye un chemin à travers l’intestin – où il peut provoquer des symptômes gastro-intestinaux – il perd sa couche protéique externe, mais des morceaux de matériel génétique appelés ARN survivent au voyage intacts et sont « rejetés » dans les excréments. À ce stade, il n’est plus infectieux – pour autant que les preuves actuelles nous l’indiquent ».

En mai 2020, la BBC a simplement fait un reportage, sans tirer de « conclusions politiques » :

« Un patient traité dans un hôpital près de Paris le 27 décembre pour une pneumonie présumée avait en fait le coronavirus, a déclaré son médecin.

Cela signifie que le virus est peut-être arrivé en Europe près d’un mois plus tôt que prévu.

Le Dr Yves Cohen a déclaré qu’un prélèvement effectué à l’époque avait été récemment testé et qu’il était revenu positif au COVID-19.

Le patient, qui s’est depuis rétabli, a déclaré qu’il n’avait aucune idée de l’endroit où il avait attrapé le virus, car il n’avait pas voyagé à l’étranger.

Savoir qui a été le premier cas est essentiel pour comprendre comment le virus s’est propagé.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) affirme qu’il est possible que d’autres cas précoces soient mis en évidence, et le porte-parole Christian Lindmeier a exhorté les pays à vérifier les registres pour des cas similaires afin d’avoir une idée plus précise de l’épidémie.

La France n’est pas le seul pays où les tests effectués font apparaître des cas antérieurs. Il y a deux semaines, un examen post-mortem effectué en Californie a révélé que le premier décès lié à un coronavirus aux États-Unis avait eu lieu près d’un mois plus tôt que présumé ».

Ce ne sont là que trois exemples, portés par trois rapports distincts.

Il y a de plus en plus d’éléments qui suggèrent que la Chine n’est pas le pays d’origine du COVID-19, mais le pays où le nouveau coronavirus a été identifié, confronté et, dans une large mesure, vaincu pour la première fois et de manière décisive. Tout à fait étonnant, si l’on considère que la Chine, du moins pendant un certain temps, s’est tenue totalement seule face à cette dangereuse pandémie, qui a depuis lors réussi à changer fondamentalement le monde !

Mais plus il semble que le virus n’était pas d’origine chinoise, plus la cacophonie venant de Washington est forte, plus la propagande anti-chinoise est vitriolique.

Il est clair que cela est fait pour dissimuler l’ineptie de la réponse du gouvernement américain à la calamité. Si le système dans un pays grotesquement turbo-capitaliste comme les États-Unis s’effondre, il suffit de rejeter hypocritement la faute sur les communistes, ou de devenir raciste et de commencer à insulter les Asiatiques. Ou si vous n’avez plus d’ennemis terrestres, accusez simplement les extra-terrestres.

***

Comme on pouvait s’y attendre, le Président Trump ne bénéficie pas d’un grand soutien dans les rangs de la communauté scientifique. Certains se moquent même, ouvertement, de lui et de ses adjoints. D’autres essaient de discuter avec lui, en présentant des faits.

Après l’intensification des attaques anti-chinoises liées au COVID-19 à Washington en avril 2020, le Professeur Edward Holmes, lauréat du Conseil Australien de la Recherche, membre de l’Académie Australienne des Sciences et de la Royal Society de Londres, a décidé de prendre la parole, contestant avec des arguments scientifiques les théories de propagande :

« Il n’y a aucune preuve que le SRAS-CoV-2, le virus qui provoque le COVID-19 chez l’homme, a son origine dans un laboratoire de Wuhan, en Chine.

« Les coronavirus comme le SRAS-CoV-2 sont couramment présents dans les espèces sauvages et sautent fréquemment sur de nouveaux hôtes. C’est aussi l’explication la plus probable de l’origine du SARS-CoV-2 ».

Mais Washington est brutal et vindicatif. Lorsqu’il est pris en train de mentir, lorsque les plans et conceptions simples, voire primitifs, sont confrontés, il riposte de manière disproportionnée et rapide. C’est précisément ce qui est arrivé à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et à son Directeur Général Tedros Adhanom Ghebreyesus. L’OMS était considérée par Trump et ses lieutenants faucons comme « trop proche de la Chine », ce qui est un véritable « crime » à notre époque ! En outre, Tedros Adhanom Ghebreyesus a favorisé une coopération mondiale plutôt qu’une confrontation. Mais les États-Unis ne peuvent tout simplement plus coopérer. Ils ne savent que dicter.

Rapidement et méchamment, les États-Unis se sont éjectés de l’OMS, en plein milieu de la pandémie mondiale, laissant d’énormes factures impayées. Cela a très probablement coûté des dizaines de milliers de vies humaines, en particulier dans les régions les plus pauvres du monde. Washington ne s’en est pas soucié.

***

Les attaques contre la Chine par Trump, Rubio, Bannon, Pompeo, Navarro et d’autres membres du gouvernement et de l’establishment américain sont tout à fait ridicules et sont régulièrement fortement réfutées aux États-Unis eux-mêmes, mais aussi dans leurs satellites.

Les accusations de la Maison Blanche dégénèrent régulièrement en discours de très faible niveau.

Comme mentionné ci-dessus, les responsables américains, y compris le président lui-même, insinuent fréquemment que la pandémie a eu pour origine, ou même a été fabriquée, dans l’un des laboratoires de Wuhan.

Ces insultes sont confrontées à des contre-insultes, comme celles de Peter Davidson, qui l’a récemment déclaré : « Le COVID-19 provient du laboratoire de la CIA à Fort Detrick, amené à Wuhan pour rejeter la faute sur la Chine ! »

***

Une fois de plus, les États-Unis ont refusé de coopérer avec le reste du monde. Au lieu de cela, ils gâchent tous les efforts visant à créer un front uni contre la pandémie, qui effraie la planète, tue des dizaines de milliers d’êtres humains et détruit la vie de milliards de personnes.

Depuis le début de ce virus imprévisible et encore largement inexploré, j’ai suivi de près toutes les craintes et frustrations des populations : en Asie, aux États-Unis, en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Europe. J’ai observé comment le COVID-19 a paralysé la planète. Cette peur est réelle. Les conséquences de la pandémie sont terribles, et elles incluent la misère, le chômage, voire la faim, et le fait de se retrouver sans abri.

Cette terrible attaque d’une nouvelle maladie était l’occasion pour notre civilisation de s’unir, de montrer que nous, en tant qu’êtres humains, sommes capables de coopérer, de lutter pour la survie de tous, et d’écraser ce terrible ennemi. Ensemble, tous ensemble, côte à côte, sans distinction de race, de nationalité ou de culture.

L’occasion a été manquée. Et le résultat n’est pas seulement de l’amertume. Le résultat se compte en centaines de millions de nouveaux pauvres.

La Chine a en fait essayé de forger une alliance mondiale contre le COVID-19, tout comme la Russie. De même que Cuba, comme toujours. Des centaines d’avions de transport lourd se sont mis en route depuis Moscou, Pékin et La Havane pour aider les personnes dans le besoin, dans tous les coins du monde. Les mains ont été tendues.

Nous savons tous comment ces efforts se sont terminés : par des insultes, et une propagande sans précédent venant de Washington. Pas un seul « Merci » sincère. Pas un seul. Et puis, même l’aide étrangère dirigée vers des dizaines de pays, en provenance de Chine, a été littéralement volée sur les tarmacs, par le gouvernement des États-Unis.

Les pays qui souffraient le plus, des embargos et des sanctions et qui avaient besoin de ressources pour gérer le COVID-19, des pays comme l’Iran et le Venezuela, ont été encore plus brutalisés, de manière sadique et éhontée.

Ce monde ne semble pas être un bon monde. Et le « pays le plus puissant du monde » ne semble pas non plus être un bon dirigeant. En fait, il ne ressemble pas du tout à un leader. Et avec cette attitude envers la planète, il ne devrait plus jamais être autorisé à diriger.

Le COVID-19 a ruiné d’innombrables vies. Mais au moins maintenant, il est clair, qui est qui, quelle est l’essence gangreneuse du corporatisme et de l’impérialisme.

Tandis que la Chine, la Russie, Cuba, le Vietnam, le Venezuela, l’Iran et d’autres pays se battent pour des vies humaines, Washington s’efforce de préserver le statu quo mondial pour ses propres fins peu souhaitables. Elle ne veut pas sauver ou améliorer le monde. Elle veut le contrôler. Et elle veut le posséder. Rien d’autre. Point final.

Andre Vltchek

source : https://journal-neo.org

traduit par Réseau International

Laisser un commentaire