Mali : les concertations nationales aboutissent à une « Charte de la transition »

  • Le mouvement M5 RFP a rejeté les conclusions de cette concertation.

Les « concertations nationales » initiées par la junte militaire avec les forces vives maliennes se sont soldées par l’adoption d’une « Charte de la transition », dont la durée a été fixée à18 mois, alors que la qualité militaire ou civile du Président transitoire et du gouvernement n’a pas été tranchée.

Ladite Charte indique, en effet, que le président de la transition est une personnalité civile ou militaire et doit être de nationalité malienne d’origine et être âgé de 35 ans au moins et de 70 ans au plus, entre autres.

Selon cette charte, le Président transitoire sera choisi « par un collège de désignation », une instance mise en place par le Conseil national pour le salut du peuple (CNSP), organe militaire qui dirige le Mali depuis le coup d’Etat du 18 août dernier contre le président Ibrahim Boubacar Keïta.

La « Charte de la transition » prévoit aussi la nomination d’un Premier ministre par le président de la transition et arrête le nombre des membres du futur gouvernement à vingt-cinq. Un conseil de transition sera aussi mis en place, avec cent vingt et un (121) membres issus des différentes forces vives maliennes.

Entres autres missions, la transition se penchera sur le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire, le lancement des chantiers politiques et institutionnels et l’organisation des élections générales.

« Nous nous engageons à mettre en œuvre l’ensemble de ces résolutions pour le bonheur du Peuple malien », a rassuré le président du CNSP le colonel Assisi Goïta, procédant à la clôture des assises, samedi.

Dans un communiqué publié quelques heures après, le mouvement M5-RFP ayant conduit le mouvement populaire contre l’ancien président Keïta a rejeté les conclusions des concertations, affirmant que « le document final lu à la cérémonie de clôture n’était pas conforme aux délibérations issues des travaux des différents groupes ».

Du 10 au 12 septembre courant, la junte militaire malienne a initié des concertations nationales avec les différentes parties maliennes en vue d’aboutir à une feuille de route pour la transition politique.

A l’issue de leur 57ème sommet ordinaire tenu lundi dernier à Niamey, les chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) ont exigé la mise en place d’une transition politique au Mali, avec un président civil et pour une durée de douze (12) mois.

Lassaad Ben Ahmed

Agence Anadolu

Laisser un commentaire