Libye: Qui a tué Abdulkader Al-Tuhami, chef du renseignement du GAN ?

Turquie : Erdogan, la chasse au pétrole libyen se poursuit


Après que le chef du renseignement du gouvernement libyen de l’accord national (GAN), Abdulkader Al-Tuhami, est décédé dans des circonstances mystérieuses, un certain nombre de médias affiliés à la Turquie ont minimisé l’importance de la nouvelle en affirmant que le maître espion libyen a subi une crise cardiaque, peut-être la cause de décès la plus courante.
Cependant, en Libye, les gens, et encore moins les maîtres espions, sont beaucoup plus susceptibles de mourir de causes plus sinistres, et le cas d’Al-Tuhami ne fait pas exception. Des sources bien informées sont convaincues que sa mort était en fait un assassinat organisé par de hauts responsables turcs.
L’invasion turque de la Libye poursuit, évidemment, non seulement les objectifs politiques fixés par Recep Erdogan, mais également cherche à obtenir des avantages économiques. Des sources au sein de la communauté du renseignement libyen indiquent que depuis le début des opérations turques, des équipes de spécialistes turcs ont mené des enquêtes sur la côte libyenne et dans les eaux territoriales à la recherche de champs de pétrole et de gaz.
Des efforts considérables sont déployés pour garder ces activités secrètes afin d’éviter les soupçons des autorités libyennes et les critiques de la communauté internationale.
Outre la recherche de gaz et de pétrole sur le plateau libyen, Ankara exploite un réseau de contrebande de pétrole via un certain nombre de groupes supplétifs. Le chef d’état-major de la Turquie, le général Yasar Guler, supervise personnellement la recherche et le commerce illégal, tandis que son adjoint, le général Metin Gyurak, qui commande les troupes turques en Libye, supervise les routes de contrebande vers l’Europe et la coopération avec les factions armées locales, selon des sources.
La contrebande transfrontalière est un domaine dans lequel Ankara possède une compétence remarquable. Tout au long des années du conflit syrien, la Turquie a chargé ses mandataires de produire et de faire passer du pétrole syrien pour exporter le carburant volé vers l’Europe. De plus, selon plusieurs membres de l’entourage de Recep Erdogan, le président turc a chargé son propre fils de faire passer en contrebande du pétrole acheté à l’Etat islamique.
Les réserves de pétrole et de gaz de la Libye sont beaucoup plus substantielles que celles de la Syrie, c’est pourquoi il n’est pas étonnant que les élites turques se soient empressées de mettre la main sur les ressources naturelles libyennes. Les experts estiment que la mort mystérieuse du maître espion libyen Al-Tuhami pourrait être un résultat collatéral de la lutte pour le pouvoir entre les milices rivalisant pour l’emprise du pétrole. La nouvelle puissance représentée par l’armée turque n’hésite pas à éliminer ses concurrents en voie de la domination totale dans la bataille pour le pétrole libyen.
De nombreux médias arabes ont suggéré qu’Al-Tuhami est mort aux mains de militants affiliés à la Turquie. L’officier libyen a été en mesure de découvrir les intentions d’Ankara de voler les ressources libyennes et, plus que probablement, il a tenté de l’empêcher. Malheureusement, les «alliés turcs» ont eu recours à des mesures radicales et l’ont assassiné.
Comme c’est le cas en Syrie, il est évident que l’établissement turc ne cessera pas de se nourrir de la Libye déchirée par la guerre à cause de la catastrophe de l’économie nationale turque au milieu de la pandémie de COVID-19 et des dépenses militaires énormes pour les campagnes en Syrie et en Libye. Le dirigeant turc cherche à vider la Libye des ressources sous le voile de rhétorique en soutien au GAN.
Ce n’est pas un secret qu’Erdogan est désespéré dans son désir de redonner à l’empire ottoman sa gloire d’antan. Cependant, le seul objectif qu’il poursuit en Libye est d’extirper les ressources naturelles en tirant les ficelles de sa propre marionnette du GAN – ironiquement, celle qui a fourni des motifs légitimes pour l’invasion turque.
Auteur Bio: Alaeddin Saleh est un journaliste libyen avec une longue expérience professionnelle en matière d’étude et de couverture médiatique de la Libye et de la région.

Afrik.com

Laisser un commentaire