L’espace est devenu un champ de bataille

par Pierre Duval

Des réunions du groupe de travail américano-russe se tiennent du 28 au 30 juillet à Vienne (Autriche) pour négocier le désarmement de l’espace alors que de facto le cosmos est devenu un champ de bataille. Le journal suisse Tages-Anzeiger décrit le jeu de triche des Etats-Unis .

Le satellite russe a été mis en orbite l’année dernière à bord d’un plus grand corps céleste, Cosmos 2542. Une fois libéré, le petit satellite (Cosmos 2543) a, selon les informations officielles de Moscou, effectué des «tâches d’inspection». Il est venu non seulement assez près des satellites russes mais aussi d’un satellite américain du type KH-11 qui fournit des images de la Terre avec une résolution supposée de 15 centimètres.

La nouvelle formation spatiale de l’armée américaine du président Donald Trump craint que Cosmos 2543 ait lancé le 15 juillet un projectile près d’un satellite russe, une sorte de poissonventouse. Bien qu’il n’ait pas atteint une cible, les Américains et les militaires britanniques considèrent cette action comme inhabituelle et comme étant un test d’une arme spatiale antisatellite.

Le général John W. Raymond, chef du Commandement spatial américain, a évalué la manœuvre et a évoqué la doctrine militaire de Moscou qui, selon lui, mène des actions pour tester les capacités spatiales des États-Unis et de leurs alliés. Pour lui, c’est comme une «preuve supplémentaire des efforts de la Russie pour développer et tester des systèmes d’armes spatiales».

Christopher Ford, responsable du contrôle des armements au département d’État américain, a critiqué «l’hypocrisie» du Kremlin qui appelait à l’interdiction des systèmes d’armes spatiaux, mais les testait également. Le ministère des Affaires étrangères de Moscou a, pour sa part, déclaré que le «petit vaisseau spatial» qui avait été testé par le ministère russe de la Défense n’avait inspecté qu’un autre satellite russe «qu’à courte distance avec un équipement spécial». Cela ne mettait pas en danger les autres corps célestes ni ne violait le droit international. Les allégations de Washington et de Londres sont «une déformation de la vérité».

Lundi à Vienne, les représentants des deux parties ont eu l’occasion d’échanger des vues sur les différentes perspectives. Les délégations des deux pays se sont réunies à Vienne pour la première fois depuis 2013 pour discuter de la sécurité dans l’espace. Les négociations sur la maîtrise des armements nucléaires devraient suivre ce mardi, se concentrant principalement sur l’avenir du contrat New Start, qui expire en 2021. C’est le dernier accord encore en vigueur qui fixe des plafonds pour les armes nucléaires stratégiques et leurs vecteurs.

La Chine teste ses missiles depuis des années. Le diplomate américain Ford a déclaré que la Russie et la Chine avaient depuis longtemps fait de l’espace un champ de bataille, que la Russie avait testé un missile anti-satellite en avril sans détruire un corps céleste, que la Chine avait déjà démontré ses capacités en lançant son propre satellite météorologique en 2007 et a depuis procédé à plusieurs essais de missiles qui, selon les États-Unis, ont permis de développer davantage de telles armes.

Dans le même temps, cependant, les États-Unis rejettent un accord de contrôle des armements dans l’espace car ils estiment qu’il n’est pas vérifiable.En cas de conflit, les satellites militaires et d’espionnage américains seraient des cibles logiques pour la Russie et la Chine afin d’affaiblir les compétences supérieures de renseignement et de communication de l’armée américaine. Les systèmes d’alerte précoce et les satellites espions sont également d’une grande importance pour la stabilité nucléaire. Vous pouvez localiser les lancements de missiles balistiques et traquer les rampes de lancement mobiles, par exemple.

Le président américain, du moins selon la déclaration officielle, s’efforce de parvenir à un «accord de désarmement global» qui devrait inclure la Chine ainsi que de nouveaux types de systèmes d’armes ou ceux qui ne sont pas couverts par la réglementation applicable. Washington fait particulièrement référence à l’arsenal de missiles chinois qui jusqu’à présent n’est pas soumis à une limitation.

La Chine avait accepté de discuter de toutes les questions de stabilité stratégique, de risques nucléaires et de désarmement avec les cinq puissances ayant le droit veto à l’Onu et qui sont également les puissances nucléaires officielles. Cependant, Pékin ne participera pas aux négociations de Vienne sur un accord suivant au traité New Start, a précisé le directeur général du département de contrôle des armements et de désarmement du ministère des Affaires étrangères, Fu Cong, au début du mois de juillet.

Lors de la récente réunion avec la partie russe à Vienne, le négociateur américain et envoyé spécial du président, Marshall Billingslea, a placé un drapeau chinois dans la salle des négociations et signalé sur Twitter que Pékin n’était pas apparu malgré une invitation des États-Unis. Ce coup de communication a irrité Moscou et Pékin. Fu Cong a déclaré que gouvernement américain utilisait «l’augmentation du facteur de la Chine» comme une astuce pour «distraire le monde et créer une excuse avec laquelle ils peuvent quitter le traité New Start comme tant d’autres accords de contrôle des armements».

Pierre Duval

source:http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=1823

Réseau International

Laisser un commentaire