Les Arabes et la Démocratie : Pour quand la réconciliation ?

Depuis la Grande Discorde qui a suivi l’assassinat du calife Uthman ibn Affan la relation, des arabes aux diverses dynasties, se relayant au pouvoir, est restée conflictuelle dire même sanguinaire. Après l’ère colonialiste, les arabes ne rêvent que de démocratie à l’occidentale. Mais, le rêve est devenu une chimère brulant quiconque ose s’y approcher de près.Leur Printemps Arabe leur a fait découvert la supercherie dont ils étaient victimes des décennies durant : les dictateurs qui les gouvernent avec une main de fer n’hésitaient pas, au contraire, à la tendre avec amitié et complaisance aux sionistes israéliens qui détruisent ce qui reste de la Palestine par le feu et par le sang. Une tromperie qui vient s’ajouter aux autres désillusions qui les ont déjà poussés à sortir dans les rues pour reconquérir leur liberté et leur dignité. 
Quand ce Printemps s’est vite transformé en un hiver glacé et meurtrier, les Arabes ont pris conscience qu’ils ne tiennent pas en main toutes les cartes du jeu politique dans leurs propres pays. Ils ont compris que leur destinée se décide autant à l’intérieur de leurs frontières qu’à l’extérieur de celle-ci. Ils ne leur suffisent pas d’instaurer une démocratie avec un slogan enchanteur et une hymne galvanisante, il leur faut une reconnaissance et un appui des puissances mondiales et spécialement des États Unis. 
Et, c’est là que le bât blesse : pour mériter la bénédiction de L’Oncle Sam, il faut que les peuples arabes envisagent une normalisation avec Israël sinon l’empire de l’occident torpillera toute démocratie naissante comme il l’a fait en Égypte avec le président Mohammed Morsi déjà élu, vite déchu. Cette destitution est la preuve que tout pays arabe gouverné par les héritiers de Hassan El-Banna sera un ennemi potentiel pour l’État hébreux comme l’est l’Iran de mullahs. 
Comment organiser des élections libres et transparents- fondement de toute démocratie- sans permettre aux Frères Musulmans d’accéder aux pouvoir ? Comment éviter une autocratie religieuse comme celle des Velayat-e faqih ou une dictature militaire comme c’est le cas en Égypte ? Comment aligner l’oligarchie locale attachée à ses privilèges ? Comment contrer les sabotages des monarchies du golfe, devenues les alliés d’Israël pour ne pas tomber dans une guerre civile autodestructrice dont les plus tristes exemples sont la Syrie et la Libye ? 
Une situation géopolitique complexe que les peuples arabes doivent prendre en considération – lors d’une transition démocratique – en manœuvrant intelligemment pour que leur Arche de Noé traverse sans trop de dégâts les courants tumultueux qui secouent le monde arabe. Peut-être que la réconciliation des arabes avec la démocratie ne se fera qu’à travers une normalisation avec l’état sioniste. Ainsi, ce sera le bâton de Moïse qui scindera la mer agitée pour que les insurgés fuyant la dictature puissent marcher, avec Shalom, vers la République promise. Amen !

Professeur marocain

Alterinfo

Laisser un commentaire