La véritable « menace existentielle », c’est le statu quo

La guerre est un meurtre de masse. La dénoncer est plus important que le confort émotionnel de chacun. Cela vaut la peine de perturber les dîners de famille. Cela vaut la peine de mettre en péril les amitiés. L’histoire ne sera pas tendre avec ceux qui ont choisi la complicité silencieuse plutôt que l’anti-impérialisme.

Il m’arrive encore d’être étonnée par le fait qu’un allié impérial des États-Unis commette la pire atrocité de masse du monde au Yémen avec l’aide de l’Amérique et que cela n’occupe pratiquement pas l’attention du public. Une fois que l’on a vraiment saisi la signification de cela, il est impossible de s’en défaire.

Un organe d’information qui n’informe pas constamment son public de tous les méfaits de son gouvernement dans le monde n’est pas un organe d’information.

Si vous pensez que les médias institutionnels sont pathétiques sous Trump, attendez de les voir cesser toute couverture critique du gouvernement et passer simplement la journée à parler de la grande classe de Kamala Harris dans sa dernière tenue.

Vouloir un candidat à la présidence des États-Unis qui n’a pas activement facilité l’invasion de l’Irak n’est pas une exigence déraisonnable, c’est la norme minimale absolue pour diriger l’armée la plus puissante de l’histoire de la civilisation.

« Oh, mais la plupart des gens au Capitole ont soutenu la guerre en Irak. »

Oui, ils ne devraient pas être président non plus. Ils ne devraient même pas travailler dans la politique. Ils ne devraient pas pouvoir trouver un emploi rémunéré plus influent que celui de caissier. Comment cela n’est-il pas évident ?

« Nous allons forcer Biden à faire des changements progressifs ! »

Non, vous ne le ferez pas. Vous n’allez pas obliger Biden à faire quoi que ce soit. Dès que Trump sera parti, toutes les critiques des médias à l’égard du président américain cesseront, et toute l’opposition libérale de la base suivra. Vous n’êtes pas assez nombreux. Votez comme vous voulez, mais ne vous faites pas d’illusions.

Trump n’est pas une menace existentielle, c’est le statu quo qui est une menace existentielle. Trump est juste le visage hideux du statu quo. Croire que vous pouvez résoudre la menace existentielle en renvoyant Trump, c’est comme croire que vous pouvez réparer une entreprise corrompue en renvoyant une des secrétaires.

Votre voiture est poussée d’un pont et tombe dans une rivière. Deux types nagent vers vous. L’un vous dit d’aller vous faire foutre et de vous noyer, l’autre vous dit qu’il vous fera sortir de là par étapes successives d’ici 2060. Vous continuez à leur demander de l’aide, ou vous cherchez d’autres moyens de vous en sortir ?

L’écosystème est en train de mourir parce qu’il est beaucoup plus rentable de le détruire que de le préserver. Le capitalisme n’offre aucune solution à ce problème, seulement une exacerbation. Nous n’allons pas consommer pour nous en sortir. C’est pourquoi les capitalistes purs et durs font comme si de rien n’était.

Dire « Ce n’est pas le capitalisme qui est le problème, c’est le corporatisme ! » revient à dire « Ce n’est pas le tabagisme qui est mon problème, c’est l’emphysème pulmonaire ! »

Covid est utilisé pour canaliser la richesse et le pouvoir vers une classe ploutocratique qui exploite toujours toute opportunité de consolider la richesse et le pouvoir, et cela continuera. Le capitalisme continuera à devenir plus corrompu et injuste jusqu’à ce que les gens s’en débarrassent. Ce n’est pas une malfaçon, c’est une caractéristique.

« Ce dictateur tue son propre peuple ! » dit l’empire qui tue constamment son propre peuple.

Le programme visant à ramener la Chine à l’âge de pierre est planifié depuis de nombreuses années et sera mis en œuvre quel que soit le vainqueur des élections américaines. L’idée idiote selon laquelle il y a quelque chose de populiste ou d’anti-establishment dans le fait de s’opposer à la Chine sera de plus en plus difficile à défendre.

« Vous pensez que la Russie est parfaite et que seuls les États-Unis font quelque chose de mal. »

Non, j’ai juste appris mieux que d’accepter les affirmations non prouvées des agences gouvernementales américaines sur une foi aveugle comme un putain d’idiot.

La gauche est tellement loin de ses objectifs dans notre société que se chamailler pour savoir quelle tendance précise de gauchisme réussirait le mieux, c’est comme se disputer pour savoir combien d’anges peuvent danser sur la tête d’une épingle.

Ma haine particulière pour l’impérialisme américain s’est réellement manifestée lorsque je me suis échappée d’une relation abusive qui fonctionnait de la même manière : créer l’illusion sympathique de la liberté et de l’égalité tout en utilisant secrètement la manipulation pour exploiter, opprimer et étouffer la vie en moi.

Un abuseur stupide domine comme une dictature tyrannique typique. Un agresseur intelligent domine comme l’empire américain : il utilise la manipulation pour donner l’impression que c’est juste, comme si la victime l’avait choisi pour elle-même, tout en écrasant et en découpant des morceaux pour façonner les choses selon la volonté de l’agresseur.

Il est inutile et hypocrite de décrier la folie de notre société si vous ne vivez pas une vie consacrée à réparer votre propre part de responsabilité personnelle de cette folie collective.

L’illusion est que le bonheur est quelque chose de distinct de soi-même qu’il faut poursuivre et atteindre. En réalité, le bonheur a toujours été à portée de main et vous avez consacré toute votre vie et des efforts considérables pour ne pas le voir.

par Caitlin Johnstone.

source : https://medium.com/@caityjohnstone

traduit par VD pour le Grand Soir

via https://www.legrandsoir.info

Laisser un commentaire