La tyrannie du coronavirus, et la mort par la famine


D’ici la fin de 2020, plus de personnes seront mortes de faim, de désespoir et de suicide que du coronavirus. Nous, le monde, sommes confrontés à une pandémie de famine aux proportions bibliques. Cette véritable pandémie dépassera de loin la « pandémie COVID-19 » . La pandémie de faim rappelle le film « Hunger Games »*, car elle est basée sur des circonstances similaires d’une minorité dominante qui commande qui peut manger et qui va mourir – par compétition.
Cette pandémie de faim ne sera pas suffisamment ou pas du tout signalée dans les médias grand public. En fait, elle a déjà commencé.
En Occident, l’attention se concentre sur le chaos créé par la mauvaise gestion du système de santé privatisé et à but lucratif. Elle met lentement en lumière la manipulation grossière, aux États-Unis, des infections et des taux de mortalité liés à la COVID-19 – comment les hôpitaux sont prétendument encouragés à « admettre » des patients atteints de la COVID-19 – pour chaque patient atteint de la COVID-19, l’hôpital reçoit une « subvention » de 13 000 dollars US (dans le cadre du Medicare), et si le patient est mis sous respirateur ( taux de mortalité moyen de 40 à 60 %), la « prime » s’élève à 39 000 dollars US. Selon le Dr Scott Jensen, sénateur du Minnesota, dans une interview de Laura Ingraham à Fox News :
« En ce moment, l’assurance maladie détermine que si vous êtes admis à l’hôpital avec un COVID-19, vous recevez 13 000 dollars. Si ce patient COVID-19 est placé sous respirateur, vous recevez 39 000 dollars, soit trois fois plus. Personne ne peut me dire, après 35 ans dans le monde de la médecine, que parfois ce genre de choses a un impact sur ce que nous faisons ».
( Dr. Sen. Scott Jensen, de Fox Interview )
Dans la vie réelle, les pauvres ne peuvent pas vivre en confinement, en isolation. Non seulement beaucoup, voire la plupart, ont déjà perdu leur maigre logement parce qu’ils ne peuvent plus payer le loyer, mais ils doivent aussi grappiller dans le monde extérieur tout ce qu’ils peuvent trouver pour nourrir leur famille et eux-mêmes. Ils doivent aller travailler pour se nourrir et, s’il n’y a pas de travail, pas de revenu, ils peuvent se résoudre à piller des supermarchés en ville ou des fermes à la campagne. La nourriture est essentielle pour maintenir la vie. Saisir l’occasion d’acheter de la nourriture aux gens est un meurtre pur et simple.
« Chaque enfant qui meurt de la famine dans le monde est un meurtre » – Jean Ziegler, ancien rapporteur de l’ONU sur l’alimentation en Afrique.
Les architectes de cette pandémie COVID-19 – qui ont l’ordre universel d’ordonner aux gouvernements nationaux de suivre un strict et total verrouillage – sont, consciemment ou non, responsables de « crimes contre l’humanité ».
Ce processus est engagé à l’échelle mondiale. Il est sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Seuls quelques pays n’ont pas suivi, ou seulement partiellement, la tyrannie du verrouillage total, et ont ainsi sauvé un segment considérable de leur bien-être social et de leur économie. L’objectif est-il de dominer le monde sous un Nouvel Ordre Mondial, visant une population mondiale totalement contrôlée et massivement réduite ?
Qui vivra et qui mourra ? L’objectif déclaré du programme de dépeuplement est de réduire la pauvreté dans le monde. Comment ? Par des vaccinations toxiques contaminées, rendant les femmes africaines stériles. (La Fondation Gates, avec le soutien de l’OMS et de l’UNICEF, a fait ses preuves au Kenya et ailleurs, voir ici le Kenya a mené un programme massif de vaccination contre le tétanos, parrainé par l’OMS et l’UNICEF) ; ou en laissant les « sous-développés », les déjà démunis, mourir de faim – les empêchant d’avoir accès à une nourriture et à une eau potable suffisantes. Privatiser l’eau, privatiser même les réserves alimentaires d’urgence – est un crime qui mène exactement à cela : le manque d’accès dû à une tarification inabordable.
Si cela ne suffit pas, « Lock Step » a d’autres solutions pour déclencher des pénuries alimentaires. HAARP peut vous aider. HAARP ( HAARP = High Frequency Active Auroral Research Program ) a été perfectionné et transformé en arme. Selon le document AF 2025 Final Report de l’US Air Force , la modification du temps peut être utilisée de manière défensive et offensive, c’est-à-dire pour créer des sécheresses ou des inondations, qui ont toutes deux le potentiel de détruire les récoltes – détruisant ainsi les moyens de subsistance des pauvres.
Et si cela ne suffit pas, le rapport Rockefeller de 2010 prévoit également un rationnement alimentaire, sélectif bien sûr, puisqu’il s’agit d’eugénisme. N’oublions pas les mots tristement célèbres d’Henry Kissinger qu’il a prononcés en 1970 : « Qui contrôle l’approvisionnement alimentaire contrôle le peuple – la citation continue à dire,
« Qui contrôle l’énergie peut contrôler des continents entiers ;
qui contrôle l’argent peut contrôler le monde. » (voir ceci ).
Une publication récente sur Facebook (nom et lieu non révélés pour des raisons de protection personnelle) se lit comme suit :
“….. Dans le pays pauvre où je vis, tout le village est bouclé depuis le 16 mars. Ici, les gens n’ont rien à manger … La femme de mon principal travailleur a été violée et battue à mort. Elle était d’origine chinoise. Bien qu’on ne leur ait pas permis de sortir, les gens étaient affamés et se déchaînaient en marchant des kilomètres de ferme en ferme, détruisant tout. J’ai perdu tout mon bétail, mes fruits, mes légumes. Les maisons ont été brûlées et les véhicules, les outils, etc. volés. Je suis en faillite et je n’ai personne autour de moi qui puisse donner de l’argent pour reconstruire. Mes travailleurs ne peuvent pas être payés. Leurs familles sont également affamées. Plus de malnutrition et de sous-alimentation, ce qui entraînera un taux de famine plus élevé ou la mort d’autres maladies. Combien se suicideront en atterrissant dans les rues complètement appauvries ? – Combien sont morts en Inde en essayant de marcher littéralement jusqu’à des milliers de kilomètres pour rentrer chez eux dans l’espoir de trouver un refuge, après que tous les transports publics aient été fermés et que tous aient dû se mettre en quarantaine. Je suis sûr que ces chiffres seront beaucoup plus élevés que le nombre de personnes qui sont mortes du virus et qu’ils augmenteront le nombre de ceux qui mourront de la grippe de l’année prochaine en raison d’un système immunitaire affaibli ».
Et après coup …
« Peut-être que les élites planifient le dépeuplement. On dirait bien que c’est le cas.«
C’est arrivé quelque part dans le Sud. Mais l’exemple est représentatif de la plupart des pays du Sud, et des pays en développement en général. Et le pire est probablement à venir, car nous ne voyons jusqu’à présent qu’une petite partie de l’iceberg.
L’Organisation internationale du travail (OIT) signale que le chômage mondial atteint des proportions jamais vues, que près de la moitié de la main-d’œuvre mondiale – 1,6 milliard de personnes – pourrait être sans emploi . Cela signifie qu’il n’y a pas de revenu pour payer le logement, la nourriture, les médicaments – cela signifie la famine et la mort. Pour des millions de personnes. Surtout dans les pays du Sud qui n’ont pratiquement pas de filets de sécurité sociale. Les gens sont livrés à eux-mêmes.
Près de la moitié de la main-d’œuvre mondiale est menacée par les pertes d’emploi dues à la COVID-19 : Agence des Nations unies pour l’emploi
Le New York Times (NYT) rapporte (le 1er mai 2020) qu’aux États-Unis, des millions de chômeurs ne sont pas comptés, car le système ne peut pas faire face à l’afflux de demandes. Si l’on ajoute ces millions aux plus de 27 millions de chômeurs déjà signalés, le décompte devient astronomique. Le même NYT conclut que les millions qui sont sortis de la pauvreté depuis le début du siècle, vont probablement retomber dans la misère avec des millions d’autres. Les dernières prévisions de la FED prévoient que le chômage pourrait atteindre jusqu’à 50 % d’ici la fin de 2020.
Bloqués dans leur recherche d’allocations, des millions de chômeurs ne sont pas comptés
Alors que les agences d’État sont aux prises avec de nouvelles directives et un volume considérable de travail, de nombreux travailleurs sont frustrés de déposer des demandes et sont omis des comptes des chômeurs.
Mourir de famine – principalement dans le Sud, mais pas exclusivement – est une mort atroce pour des millions, voire des centaines de millions de personnes. Mourir dans les caniveaux des mégalopoles, oublié par la société, par les autorités, trop faible pour mendier, infesté de parasites par manque d’hygiène – pourrir vivant. C’est ce qui se produit déjà aujourd’hui dans de nombreuses zones métropolitaines, même sans la catastrophe de la couronne. Ces personnes ne sont reprises par aucune statistique. Ce ne sont pas des personnes. Point final.
Imaginez – de telles situations dans les grandes villes ainsi que dans les zones rurales, sous l’ « étape de verrouillage » Rockefeller, le nombre de morts pourrait être encore plus élevé.
Le verrouillage actuel – met un terme à tout. Pratiquement dans le monde entier. Plus il durera longtemps, plus l’impact social et économique sera dévastateur. Irrémédiable.
Non seulement la production de biens, de services et de denrées alimentaires s’arrête, mais les chaînes d’approvisionnement vitales pour acheminer les produits de A à B sont interrompues. Les travailleurs ne sont pas autorisés à travailler. La sécurité. Pour votre propre protection. Le virus, l’ennemi invisible pourrait vous frapper. Il pourrait vous tuer – et tuer vos proches aussi. La peur, la peur, la peur – c’est la devise qui fonctionne le mieux – elle fonctionne si bien que les gens se mettent à crier – gimmi, gimmi, gimmi – gimmia vaccin ! – ce qui fait sourire Bill Gates. Alors qu’il voit les milliards rouler et son pouvoir s’élever.
Bill Gates et l’OMS « qu’il a achetée » deviendront célèbres. Ils sauveront le monde de nouvelles pandémies – peu importe leurs effets secondaires – 7 milliards de personnes vaccinées (le rêve de Bill Gates) et personne n’a le temps de se soucier ou de signaler les effets secondaires, aussi mortels soient-ils. La Fondation Bill et Melinda Gates (BMGF) pourrait recevoir le prix Nobel de la paix et, qui sait, Bill Gates pourrait devenir l’un des prochains présidents de l’empire mourant. Ne serait-ce pas une récompense appropriée pour le monde ?
En attendant, le FMI, qui a le sang froid, maintient ses prévisions terriblement irréalistes d’une légère « contraction économique » de l’économie mondiale de seulement 3% en 2020, et d’une légère
croissance au cours du second semestre 2021. L’approche du FMI en matière d’économie mondiale et de développement humain – en ce qui concerne la crise sociale – est entièrement monétisé et manque de compassion, et devient donc totalement hors de propos à l’ère de la couronne. Des institutions comme le FMI et la Banque mondiale, simple prolongement du Trésor américain, sont dépassées face à un effondrement économique, dont elles sont également en partie responsables.
« Le jubilé de la dette »
Ce qu’ils devraient faire – peut-être le FMI et la BM réunis – c’est appeler à une augmentation de capital allant jusqu’à 4 000 milliards de DTS (comme l’ont suggéré certains membres du conseil d’administration du FMI) et utiliser les fonds comme un fonds spécial d’allègement de la dette, un « Fonds du jubilé de la dette » pour les nations du Sud. Distribué sous forme de dons. Cela permettrait à ces nations de se remettre sur pied, de revenir à leurs politiques monétaires et économiques nationales souveraines, de redresser leur économie interne, avec une monnaie nationale, des banques publiques et une banque centrale appartenant au gouvernement, de créer des emplois et une autonomie interne en matière d’alimentation, de santé et d’éducation.
Pourquoi cela ne se produit-il pas ? – Cela nécessiterait un changement de leur constitution et une redistribution des droits de vote en fonction de la nouvelle puissance économique des nations. La Chine deviendrait un acteur beaucoup plus important – avec une part et un rôle décisionnel plus importants. Bien sûr, c’est ce que les États-Unis ne veulent pas. Mais la réticence à s’adapter aux nouvelles réalités, rend ces institutions insignifiantes au point qu’elles devraient et pourraient s’effacer.
Il est toutefois intéressant de noter que deux des trois scénarios de projection économique du FMI prévoient une autre pandémie, ou une nouvelle vague de l’ancienne pandémie en 2021. Qu’est-ce que le FMI sait que nous ne savons pas ?
Juxtaposé à l’approche insensible des institutions financières mondiales et du système bancaire privé mondialisé, le Programme alimentaire mondial avertit (25 avril 2020) que la pandémie COVID-19 provoquera des « famines aux proportions gigantesques » ; que sans action et financement urgents, des centaines de millions de personnes seront confrontées à la famine et des millions pourraient mourir des suites de la pandémie COVID-19.
Actuellement, environ 9 millions de personnes meurent chaque année de famine dans le monde.
Le directeur exécutif du PAM,
David Beasley, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU qu’en plus de la menace pour la santé que représente le virus, le monde est confronté à « de multiples famines en quelques mois « , qui pourraient entraîner 300 000 décès par jour – une « pandémie de faim ».
Beasley a ajouté que même avant l’apparition de l’épidémie, le monde était « confronté cette année à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale » en raison de nombreux facteurs. Il a cité les guerres en Syrie et au Yémen, la crise au Sud Soudan et les essaims de criquets pèlerins en Afrique de l’Est. Il a déclaré que, associée à l’épidémie de coronavirus, la famine menaçait une trentaine de nations.
Selon le « Rapport mondial sur les crises alimentaires 2020 » du PAM , publié lundi 20 avril, 135 millions de personnes dans le monde étaient déjà menacées de famine. M. Beasley a déclaré qu’avec la propagation du virus, « 130 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées au bord de la famine d’ici la fin de 2020″. Cela représente un total de 265 millions de personnes ».
20 avril 2020
2020 – Rapport mondial sur les crises alimentaires
Type de publication : rapports
Sujets : Analyse de la sécurité alimentaire (ACV)
L’édition 2020 du Rapport mondial sur les crises alimentaires décrit l’ampleur de la faim aiguë dans le monde. Il fournit une analyse des facteurs qui contribuent aux crises alimentaires dans le monde entier et examine comment la migration de la pandémie COVID-19 contribue à leur perpétuation ou à leur détérioration. Le rapport est produit par le Réseau mondial contre les crises alimentaires, une alliance internationale qui s’attaque aux causes profondes de la faim extrême.
La pandémie de famine est encore exacerbée par la crise actuelle des réfugiés – qui est aussi une catastrophe de misère – la faim, la maladie, le manque d’abris – le manque total d’hygiène dans la plupart des camps de réfugiés.
Le professeur Jean Ziegler , sociologue (Université de Genève et Sorbonne, Paris), vice-président du Comité des droits de l’homme des Nations unies, a récemment visité le camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos. Il a décrit une situation où 24 000 réfugiés sont à l’étroit dans des baraquements militaires qui ont été construits pour 2 800 soldats, vivent dans des conditions calamiteuses – manque d’eau potable, nourriture insuffisante et souvent non comestible, toilettes puantes bouchées et beaucoup trop peu nombreuses… les maladies n’en finissent pas. COVID19 ne serait qu’un accessoire.
Ces personnes qui ont fui les zones de guerre causées par l’Europe et l’Occident, leurs moyens de subsistance détruits – sont repoussées par l’Union européenne elle-même, car la plupart des pays ne veulent pas les accueillir et leur donner une chance de vivre une nouvelle vie. Ce comportement xénophobe atroce de l’Europe est contraire aux droits de l’homme que tous les pays de l’UE ont signés et aux règles internes de l’UE. Ils sont un triste rappel de ce qu’est réellement l’Europe – un conglomérat de pays ayant une histoire de centaines d’années de colonisation, d’exploitation impitoyable, de pillage et de viol du Tiers-Monde.
Cette caractéristique abjecte et atroce – qui se poursuit sans vergogne jusqu’à ce jour – semble être devenue partie intégrante de l’ADN européen. Ces guerres et conflits sont délibérément le fait des États-Unis et de l’OTAN, pour la puissance, l’avidité – pour maintenir le complexe militaro-industriel américain en vie et rentable – et comme un tremplin vers l’hégémonie mondiale totale.
Les réfugiés provenant de ces zones de conflit, leur sort et leur famine s’ajouteront à ceux qui meurent de faim à cause de la crise de la couronne, elle aussi imposée par l’homme. Le nombre de décès dus à la faim et aux causes de la famine pourrait devenir astronomique d’ici la fin de 2020, dépassant et éclipsant les chiffres de COVID-19 trafiqués et manipulés.
Y a-t-il de l’espoir ? Oui, il y a de l’espoir, aussi longtemps que nous vivrons.
Le monde doit se réveiller.
Sept milliards de personnes enfermées – réveillez-vous ! Réalisez ce qui vous arrive, tout cela sous de faux prétextes pour contrôler l’humanité, pour numériser et robotiser vos propres vies.
Quelle meilleure façon de le faire que sous le prétexte de vous enfermer « pour votre propre sécurité » ? – Défiez ces règles, affrontez ces dirigeants invisibles, omnipuissants et autoproclamés, qui n’ont que le pouvoir, que nous, le Peuple, leur donnons ou leur permettons de nous prendre. Parce qu’ils n’ont que de l’argent et des médias corrompus qui répandent la peur et encore plus de peur pour continuer à vous enfermer.
Mes derniers mots : suivez votre coeur. Ouvrez votre cœur à l’amour et au-delà de vos cinq sens donnés et manipulés par les médias, entrez dans une conscience supérieure.
Sortez de la PEUR, sortez de l’enfermement, défendez vos droits, votre liberté. Parce que la liberté et la liberté ne s’achètent pas avec de l’argent, ni ne sont piétinées par les médias. Elles sont intrinsèquement en nous tous. Si nous sommes suffisamment nombreux à ouvrir notre cœur à l’AMOUR, à un amour global, nous vaincrons cette petite élite psychopathe.
Peter Koenig
*
Article original en anglais :
Corona Tyranny – and Death by Famine , le 8 mai 2020.
Traduit par Maya pour
Mondialisation.ca
L’image en vedette est tirée du Shropshire Star
Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

  • Bande annonce du film Hunger Games
    Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l’environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé dans le monde entier dans les domaines de l’environnement et de l’eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour Global Research, ICH, New Eastern Outlook (NEO), RT, Countercurrents, Sputnik, PressTV, The 21st Century, Greanville Post, Defend Democracy Press, The Saker Blog, et d’autres sites Internet. Il est l’auteur de
    Implosion – Un thriller économique sur la guerre, la destruction de l’environnement et la cupidité des entreprises – une fiction basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale dans le monde entier. Il est également co-auteur de The World Order and Revolution ! – Essais de la Résistance . Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.
    La source originale de cet article est Mondialisation.ca
    Copyright © Peter Koenig , Mondialisation.ca, 2020

Laisser un commentaire