La diplomatie militaire de l’Inde est délirante

par M.K. Bhadrakumar.

Les récentes visites du général Naravane, chef de l’armée, aux Émirats Arabes Unis et en Arabie Saoudite ont suscité une certaine excitation chez les analystes indiens, qui ont vu l’avènement d’un nouveau monde de « diplomatie militaire ». Les expressions pompeuses telles que « diplomatie militaire » sont en grande partie l’héritage des Américains, mais lorsqu’on en parle, la clarté conceptuelle fait défaut.

Ne confondons pas la diplomatie militaire avec la diplomatie de la canonnière et la diplomatie coercitive. Selon une définition classique, la « diplomatie militaire » remplit certaines fonctions de base, dont les suivantes :

  • La collecte et l’analyse d’informations sur les forces armées et la situation sécuritaire dans l’État d’accueil ;
  • Promotion de la coopération, de la communication et des relations mutuelles entre les forces armées de l’État d’envoi et de l’État d’accueil ;
  • Organisation de visites de travail des représentants des autorités de défense ;
  • Soutien des contrats commerciaux en matière d’armes et d’équipements militaires ;
  • Représentation aux cérémonies officielles et autres événements dans l’État d’accueil.

L’Inde est un fervent adepte de la « diplomatie militaire ». Elle a des attachés de Défense en poste ou accrédités dans quelque 85 pays. (Selon des rapports, le détachement de dix autres attachés de Défense dans dix autres pays est actuellement en cours de traitement). Peu de pays – à l’exception des grandes puissances – peuvent rivaliser avec ce chiffre impressionnant.

En plus de ce qui précède, l’Inde désigne également des représentants d’entreprises d’État du secteur de la Défense dans les ambassades à l’étranger. (À Washington, un diplomate de haut rang s’occupe exclusivement de la « technologie de défense »). Le gouvernement alloue généreusement des fonds pour les activités promotionnelles des attachés de Défense. Il est clair que l’Inde n’a pas besoin de réinventer la roue. Si les rendements sont insuffisants – par exemple, nos maigres exportations en matière de Défense – il faut en analyser les raisons.

Par conséquent, pourquoi un tel brouhaha sur la tournée du Golfe du chef de l’armée ? Il ne fait aucun doute que l’Inde a des intérêts de sécurité spécifiques dans la lutte contre le terrorisme. Le conseiller à la Sécurité nationale Ajit Doval a fait un travail magistral en établissant une relation productive avec les EAU et l’Arabie Saoudite. En fait, la coopération en matière de partage de renseignements, la coordination en temps réel pour freiner les activités des groupes terroristes, l’extradition des criminels, etc. sont des priorités absolues. Il ne fait aucun doute que la marine indienne devrait être le porte-drapeau de la lutte contre la piraterie dans cette partie de la Mer d’Arabie.

Cependant, l’Inde ne devrait pas aspirer à être le fournisseur de sécurité pour les États du Golfe. Les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite – tout comme le Bahreïn, le Qatar et Oman – dépendent des puissances occidentales pour garantir leur sécurité, qui consiste principalement à préserver leurs régimes autoritaires. Il s’agit d’un arrangement « gagnant-gagnant » et tant que le lien pétrodollar est en place, il n’est pas question que les États-Unis ou le Royaume-Uni se retirent.

Historiquement, entre 1918 et 1939, les forces britanniques combattaient déjà en Irak, au Soudan, en Palestine et à Aden – et dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre Mondiale, en Érythrée, en Palestine, en Égypte et à Oman. La guerre dite du Dhofar à Oman a été particulièrement brutale sous la forme d’une campagne visant à réprimer une rébellion populaire contre la cruauté et la négligence d’un despote soutenu et financé par la Grande-Bretagne. Les forces dirigées par les Britanniques ont empoisonné des puits, incendié des villages, détruit des récoltes et abattu du bétail.

Pendant l’interrogatoire des rebelles, les Britanniques ont développé leurs techniques de torture. Des zones entières peuplées de civils ont été transformées en zones de tir libre. Bien entendu, la Grande-Bretagne a mené cette guerre dans le plus grand secret et refuse de déclassifier les documents d’archives, de peur que les crimes de guerre du Special Air Service ne soient révélés.

C’était une époque où le monde en développement et les Nations Unies avaient rejeté le colonialisme, et où le nationalisme arabe s’était renforcé pendant des décennies. Stratégiquement, la guerre du Dhofar a été l’un des conflits les plus importants du XXe siècle, car les vainqueurs pouvaient s’attendre à contrôler le Détroit d’Ormuz et le flux de pétrole. Des milliers de personnes sont mortes, les Britanniques ont gagné et les lumières de l’Occident sont restées allumées.

L’Occident n’a pas perdu son appétit pour les guerres interventionnistes au Moyen-Orient, comme en témoignent l’invasion de l’Afghanistan (2001), de l’Irak (2003) et de la Libye (2011), ainsi que les guerres en cours en Syrie et au Yémen. Ce type de « diplomatie militaire » n’est certainement pas la tasse de thé de l’Inde.

Prenez les Émirats Arabes Unis. Il y a dix ans, le prince héritier d’Abou Dhabi a engagé la célèbre société de sécurité privée américaine des ex-Seals, Blackwater Worldwide, pour mettre sur pied une armée de troupes étrangères (provenant notamment de Colombie et d’Afrique du Sud) dans le cadre d’un contrat de 529 millions de dollars pour contrecarrer la révolte interne, mener des opérations spéciales et défendre les oléoducs et les gratte-ciel contre les attaques.

Cette décision a été prise dans le contexte d’une vague de troubles populaires qui s’est propagée dans le monde arabe, notamment chez les voisins du Golfe, Bahreïn, Oman et l’Arabie Saoudite. Outre Blackwater, les Émirats Arabes Unis ont ensuite passé des contrats avec d’autres entreprises américaines pour fournir des mercenaires ou un soutien opérationnel.

Pour dire les choses simplement, l’Inde n’a aucun rôle à jouer en tant que fournisseur de sécurité dans la région du Golfe. Il peut sembler que les relations tendues entre l’Arabie Saoudite et le Pakistan ouvrent de nouvelles opportunités, mais le royaume ne voudra que des pays musulmans pour fournir des gardes prétoriens. Idéalement, l’Inde devrait soutenir la proposition de la Russie de créer une architecture de sécurité régionale pour la région du Golfe.

Mais l’Inde a plutôt opté pour un rôle subalterne dans les stratégies occidentales dans cette région. Cela l’empêche d’être à la table des négociations, alors qu’on peut s’attendre à des développements dans un avenir proche dans une région qui constitue le « voisinage élargi » de l’Inde.

L’Inde est bien avisée de se concentrer sur les exportations de défense en tant que fleuron de sa diplomatie militaire dans le Golfe. Mais alors, il faudrait qu’elle ait des produits de classe mondiale à vendre ; les cheikhs ne se contentent de rien de moins. Deuxièmement, le Golfe est un marché concurrentiel et les États-Unis ont l’intention de conserver leur position dominante. Les États du Golfe tirent parti de leurs achats excessifs d’armes auprès des États-Unis et des pays européens pour créer une interdépendance.

Troisièmement, il est déconseillé d’élaborer une stratégie pour une région qui est en profonde transition. Le prince héritier saoudien (qui est également ministre de la Défense) ou le vice-ministre de la Défense (qui est son frère) n’ont pas reçu le général Naravane, bien qu’il s’agisse de la toute première visite d’un chef de l’armée indienne en Arabie Saoudite.

La région du Golfe est confrontée à de graves incertitudes géopolitiques. Outre le clivage entre les États du CCG, la question nucléaire iranienne est proche d’un point d’inflexion ; la situation post-pandémique est marquée par des difficultés économiques ; et un réalignement majeur est en cours entre les États de la région suite aux accords d’Abraham.

Fondamentalement, l’Inde devrait avoir une idée claire de l’objectif de la projection de forces à l’étranger. La « militarisation » de la politique étrangère indienne, qui a commencé il y a une quinzaine d’années sous le régime de l’Alliance Progressiste Unie, grâce à l’insistance constante des Américains, est en train de devenir une entreprise autonome. Mais la nature de la guerre a changé.

Avec toutes leurs bases et « plates-formes » au Moyen-Orient, les États-Unis perdent une guerre après l’autre – Afghanistan, Irak, Syrie, Yémen. Les États-Unis n’ont pas réussi à imposer leur volonté militaire à l’Iran. Toutes les bases américaines dans le monde n’ont pas pu empêcher le piratage du cœur du gouvernement américain et des plus hauts niveaux du gouvernement, tant du côté militaire que du côté civil qui se poursuit depuis mars.

M.K. Bhadrakumar

illustration : Le chef d’état-major de l’armée indienne, le général Manoj Mukund Naravane (à gauche), rencontre des généraux saoudiens de haut rang à Riyad, le 14 décembre 2020

source : https://indianpunchline.com

traduit par Réseau International

Laisser un commentaire