Fermeture de la SOGARA: Comment le FMI empêche l’industrialisation des pays africains

Le Gabon va finalement enterrer la SOGARA tel que voulu par le FMI !

Décidément les autorités gabonaises qui avaient pourtant démenti les rumeurs sur la liquidation de la Société gabonaise de raffinage (SOGARA), viennent de ravaler leur chapeau. Le conseil des ministres tenu hier au palais présidentiel, a finalement décidé de la mise à mort de cette structure au profit de la Gabon Oil Company. Deux entreprises jugées peu rentables par le FMI qui exigeait leur disparition. Comme quoi ces « informations » qui avaient fait bondir le ministre des Hydrocarbures étaient bien fondées.

La SOGARA va bel et bien disparaître. C’est ce qu’indique le communiqué final du conseil des ministres, présidé par Ali Bongo ce 13 juin. Une information pourtant battue en brèche le mois dernier par les autorités gabonaises faisant état d’une injonction du FMI de voir cette entreprise nationale disparaître. Ali Bongo et son gouvernement ont ainsi prononcé sa mise à mort hier pour mettre fin au bras de fer qui les opposait au bailleur de fonds mondial.

Le 2 mai pourtant via un communiqué officiel, le ministre du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures de l’époque, Pascal Houangni Ambouroue, s’était pourtant voulu formel : « Il n’a point été question pour le FMI de donner une quelconque injonction au gouvernement gabonais de liquider la compagnie nationale des Hydrocarbures ou la Sogara. (…) Autrement dit, ces allégations constituent tout simplement de l’intox relayée sur les réseaux sociaux ».

Il semblerait donc que les autorités gabonaises qui n’ont toujours pas reçu la troisième tranche de l’aide du FMI, se soient ravisées. Selon le communiqué final ayant sanctionné les travaux du conseil des ministres d’hier, « le Conseil des Ministres a entériné le projet de décret portant fusion de la Société Gabonaise de Raffinage (SOGARA) avec le groupe Gabon Oil Company (GOC) ». Voici ce qui s’appelle couper la poire en deux !


info241.com

Laisser un commentaire