Coup d’État en Guinée, nouvel épisode de la Guerre froide 2.0

par Leslie Varenne.

L’entêtement de Alpha Condé à se représenter à un troisième mandat et à se déclarer élu après une élection non-crédible en octobre 2020 a favorisé un changement brutal de régime. Les putschistes qui ont perpétré le coup d’État du 5 septembre 2021 se sont engouffrés dans la brèche ouverte par le président guinéen. Ce postulat de départ posé, il n’est pas illégitime de s’interroger sur les véritables raisons de ce coup de force et sur le rôle de certains États. Qui pourrait avoir eu quelques intérêts à agir dans un pays où les ressources minières sont éminemment stratégiques et détenues majoritairement par la Russie et la Chine qui s’est taillé la part du lion au cours des deux mandats de Alpha Condé ?

Une opération commando très professionnelle…

Le magazine Jeune Afrique a détaillé par le menu les événements du 5 septembre. Le Groupement des Forces spéciales guinéennes, avec à leur tête le colonel Mamadi Doumbouya, aurait arrêté Alpha Condé au saut du lit. Ce groupe serait intervenu vers 8 heures du matin et se serait affronté avec la garde présidentielle, faisant une vingtaine de morts dans les rangs des soldats loyalistes. Hormis les militaires décédés, tout le reste du récit de Jeune Afrique est une fable. Un témoignage très précis d’un membre de la garde présidentielle, présent au palais cette nuit-là, relate une histoire fort différente1. Selon lui, les forces spéciales se sont infiltrées à l’intérieur de Sekoutouraya par les étages supérieurs entre 2h et 4 h du matin. Personne ne les a vu arriver, aucune présence, aucun mouvement n’a été détecté sur les écrans de surveillance et les affrontements ont eu lieu à l’extérieur du palais vers 8h. Selon un expert en sécurité, cette version est parfaitement crédible : « C’est un coup avec infiltration préalable. Les renforts, avertis, tombent dans la nasse croyant secourir les assiégés. Mais la place est déjà investie et tenue. Classique et efficace ».

Les États-Unis sur la sellette

Joli coup donc avec une question à la clé :  les forces spéciales guinéennes ont-elles agi seules ? L’interrogation est d’autant plus pertinente que ce groupe est accompagné et formé par des Français et des Israéliens. En prime, le New York Times confirme que depuis la mi-juillet, le commandement des États-Unis pour l’Afrique (Africom) avait détaché une dizaine de Bérets verts auprès de Mamadi Doumbouya et de ses troupes.2

Trois jours après le putsch, une vidéo montrant des militaires américains tout sourire, accompagnés de soldats guinéens à bord d’un 4X4 qui fendait la foule en liesse, a fait le tour des réseaux sociaux. Pour tenter de désamorcer la polémique naissante, le consul de Californie en Guinée a twitté : « Pour ceux qui partagent la vidéo de soldats américains dans un 4 x 4 je tiens à vous signaler que c’est l’escorte de l’Ambassade américaine à Conakry rien de plus… ». Une explication peu crédible au vu des images et ce d’autant que le véhicule en question emprunte le même chemin que le convoi des putschistes qui transporte Alpha Condé du palais présidentiel à la base des forces spéciales. L’analyse des deux vidéos montre les mêmes manifestants scandant le même slogan « Liberté, liberté ».

La déclaration du consul n’a pas éteint l’incendie, obligeant l’Africom à se justifier : « Le gouvernement et l’armée américains ne sont en aucun cas impliqués dans cette apparente prise de contrôle militaire ». Au Pentagone, le malaise est palpable et les justifications maladroites s’enchaînent, un porte-parole d’Africom, Kelly Cahalan, a déclaré : « Dimanche, une fois que les Bérets verts ont réalisé qu’un coup d’État était en cours, ils se sont rendus directement à l’ambassade des États-Unis à Conakry », en faisant un détour pour accompagner le convoi des putschistes ?

Le silence édifiant de Paris et Tel Aviv

L’embarras de Washington est d’autant plus grand que Mamadi Doumbouya n’est pas un inconnu de leurs services. Il a, comme beaucoup d’autres officiers des armées nationales africaines, participé à l’exercice militaire Fintlock à Ouagadougou en 20193. En 2018, il posait fièrement devant l’ambassade US à Conakry.  Mais les États-Unis ne sont pas les seuls à être dans une posture délicate.

Âgé de 41 ans, le colonel est un ancien soldat de la légion étrangère et possède la double nationalité franco-guinéenne. Par ailleurs, son épouse est toujours commandante dans la gendarmerie française. Ceci explique peut-être le silence observé par le Quai d’Orsay et l’Élysée. Depuis le 5 septembre, seul un communiqué condamnant du bout de la plume le coup d’État a été publié. Ce service minimum détonne après les propos outragés prononcés lors du « coup dans le coup » de mai 2021 à Bamako.

Israël est resté silencieux, il n’empêche que ce pays est aussi sur la sellette. Après 49 ans de rupture des relations diplomatiques, suite à la guerre des Six Jours (1967), Alpha Condé et Benjamin Netanyahou ont restauré les liens entre leurs deux États en 2016. Puis, comme ils le font dans de nombreux pays d’Afrique, les Israéliens ont obtenu la formation et l’accompagnement des forces spéciales et des grandes oreilles de Conakry, un marché qu’ils dominent sur le continent, comme l’a montré l’affaire Pegasus. De deux choses l’une, ou du haut de leurs deux postes d’observation, les experts israéliens n’ont rien vu venir et leur réputation en prend un sérieux coup, ou, au mieux, ils ont fermé les yeux et c’est la confiance des chefs d’État envers leurs services qui est remise en question. En tout état de cause, dans le landerneau, « l’affaire guinéenne » laissera des traces.

Au silence d’Israël et au mutisme de la France se sont ajoutées les condamnations molles de la CEDEAO, de l’Union africaine, des Nations unies. Quant aux États-Unis, en exhortant les autorités militaires à « continuer » de respecter leur responsabilité en matière de protection des citoyens et des biens américains en Guinée, ils ont en quelque sorte acté le coup d’État4. Si tous ont appelé à la libération immédiate de Alpha Condé, en revanche, aucun n’a demandé le retour du président au pouvoir. Étonnant, car contrairement à Ibrahim Boubacar Keïta lors du putsch d’août 2020, le président guinéen n’a pas démissionné. Cette manière d’agir sonne comme un aveu et montre que tous ont, dès les premières heures, entériné le changement.

Chine, Russie, Turquie, entre agacement et inquiétudes

Les réactions ont été très différentes du côté de Pékin, Moscou ou Ankara. D’ordinaire adepte d’une diplomatie feutrée, le porte-parole des Affaires étrangères chinoises, Wand Wenbin, n’a pas caché son agacement lors d’un point presse le 7 septembre. Si sa déclaration reste très diplomatique, elle tranche avec les habituelles réserves de Pékin : «Nous suivons de près la situation en Guinée. La Chine s’oppose au coup d’État et appelle à la libération immédiate du président Alpha Condé ». Un proche des milieux d’affaires guinéens constate sur place que les Chinois sont très nerveux « ils risquent gros, les plus gros barrages ce sont eux, la bauxite c’est eux, le fer et l’or ce sont encore eux… » De fait, Pékin est le principal partenaire économique de Conakry.

Conscient du danger concernant leurs activités dans le pays, le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, a déclaré dans un communiqué « nous espérons que les intérêts commerciaux de nos entrepreneurs et de nos entreprises ne seront pas affectés et seront garantis »5. Signe de l’inquiétude, dès le mercredi 7 septembre, l’ambassadeur russe en Guinée a rencontré Mamadi Doumbouya6. Le groupe Rusal est très présent en Guinée où il exploite les mines de bauxite de Friguia, Dian-Dian et Kindia.

Les présidents Erdogan et Condé étant très liés, Ankara (qui aussi de nombreux intérêts commerciaux dans le pays) n’a pas tardé à dénoncé vigoureusement le coup « La Turquie se tient contre les tentatives de remplacer illégalement des gouvernements élus ».7

Les marchés des matières premières se sont montrés eux aussi très nerveux. En une semaine, le cours de la bauxite s’est envolé et a pris près de 30%, la Guinée disposant du quart des réserves mondiales de ce minerai, dont est extrait l’aluminium.8

 « Le nouvel homme fort de la Guinée »

Que va faire celui qui a très vite, dès les premières heures du coup, hérité dans les médias du titre du « nouvel homme fort de la Guinée », entérinant ainsi le coup de force et sa place de futur président de la transition ? Moins de 24 h après le putsch, il a tenu à rassurer les investisseurs. « Il est demandé aux compagnies minières de poursuivre leurs activités. (…) Le comité rassure les partenaires qu’il respectera toutes ses obligations liées aux conventions minières et rappelle son engagement à favoriser les investissements étrangers dans notre pays »9. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient…

Pour rappel, peu après son arrivée au pouvoir en 2010, Alpha Condé, conseillé alors par le milliardaire Georges Soros, avait réécrit le code minier et rebattu les cartes des concessions 10. Le bras de fer homérique entre Beny Steinmetz, sa société BSGR, et la Guinée a duré des années, avec des procédures à n’en plus finir. Selon la Lettre du Continent du 10 septembre, malgré la médiation de l’ancien président Nicolas Sarkozy, tout n’est pas encore complètement soldé.11

Par conséquent, fatalement, il y aura des changements. Mamadi Doumbouya et son équipe font courir la rumeur selon laquelle ils souhaitent rester cinq années au pouvoir. Une manière de placer la barre haut afin sans doute d’obtenir une durée de trois ans, sachant que dans la riche histoire des coups d’État en Afrique de l’Ouest, la CEDEAO n’a jamais accordé aux putschistes un délai de plus de deux ans. C’est toutefois plus de temps qu’il n’en faut pour bouleverser la donne et nous éclairer sur ce nouvel épisode de la Guerre froide 2.0.

Mais d’ores et déjà, ce coup d’État sonne comme un avertissement aux présidents illégitimes, aux abonnés aux mandats multiples, gardez-vous de sortir des clous…

À qui le tour ?


illustration : Colonel Doumbouya devant l’Ambassade des États-Unis à Conakry en 2018

source : https://www.iveris.eu

  1. africaguinee.com/2021/09/12/un-ancien-garde-d-alpha-conde-parle-comment-le-palais-sekoutoureya-ete-attaque
  2. nytimes.com/2021/09/10/guinea-coup-americans
  3. guineenews.org/exclusif-operation-flintlock-2019-sur-les-pas-des-forces-speciales-guineennes-au-burkina-faso-reportage
  4. financialafrik.com/2021/09/10/guinee-les-etats-unis-actent-le-putsh-du-cnrd
  5. focusguinee.info/2021/09/08/coup-detat-en-guinee-la-russie-suit-de-pres-la-situation-a-conakry
  6. lavraieinfo.com/guinee-la-russie-prend-contact-avec-mamady-doumbouya
  7. aa.com.tr/la-turquie-condamne-le-coup-detat-militaire-en-guinee
  8. boursorama.com/matieres-premieres
  9. kalenews.org/colonel-doumbouya-demande-aux-compagnies-minieres-de-pousuivre-les-activites
  10. business-humanrights.org/avec-laide-de-soros-alpha-condé-promet-de-punir-les-compagnies-minières-qui-ont-obtenu-leur-licence-par-la-corruption-guinée
  11. africaintelligence.fr/2021/09/10/simandou-zogota–apres-le-putsch-quel-avenir-pour-l-accord-bsgr-alpha-conde-negocie-par-sarkozy

Réseau International

Laisser un commentaire