Chute historique: le baril de WTI perd 300% de sa valeur pour s’arrêter à -37,63 dollars à la clôture

Le prix des contrats à terme pour mai du pétrole WTI est passé pour la première fois dans l’Histoire en dessous de zéro ce lundi 20 avril et a plongé jusqu’à -37,63 dollars le baril au moment de la fermeture de la bourse new-yorkaise NYMEX.
Après avoir enchaîné des minimums historiques ce lundi 20 avril et être descendu jusqu’à zéro, le prix des contrats à terme pour mai du pétrole WTI a poursuivi sa chute pour tomber à près de -40 dollars.



Le prix du baril de WTI enchaîne les minimums historiques pour tomber à zéro
À 20h43, heure de Paris, la valeur du WTI pour mai est tombée de 292,67%, à -35,2 dollars le baril, lors des échanges de la bourse new-yorkaise NYMEX. Quelques minutes plus tôt, son prix a plongé jusqu’à -39,55 dollars le baril. À la Bourse de Londres ICE, son prix s’est effondré de 137,71%, atteignant -6,89 dollars le baril.
Finalement, après avoir chuté de 300%, le prix des contrats à terme pour mai du pétrole WTI s’est établi à -37,63 dollars le baril au moment de la fermeture du NYMEX.


CRAZY! You get paid by oil sellers to take the stuff off their hands as WTI oil trades at MINUS $37 Dollar per barrel. pic.twitter.com/ilcnNaQbtf
— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner) April 20, 2020


Cette chute vertigineuse s’explique par le fait que le contrat sur le baril de WTI pour livraison en mai expire lundi soir et ceux qui en détiennent doivent trouver des acheteurs physiques au plus vite et cela dans la situation où les stocks ont augmenté en raison d’une demande anéantie par la pandémie de Covid-19.
Situation «normale»
Interrogé par Sputnik, Asem Jihad, représentant du ministère irakien du Pétrole, a trouvé la situation «normale» compte tenu du manque de transactions d’achat qui affecte négativement le prix de l’or noir.
«Cette situation est normale étant donné le fait qu’il est difficile d’endiguer la propagation du coronavirus, ce qui a conduit à la stagnation du marché du pétrole brut et au gonflement des stocks. Il y a une offre abondante sur le marché», a expliqué Asem Jihad.
D’après lui, il faut attendre le moment où les restrictions de circulation sur les transports seront levées ce qui doit avoir un effet positif sur la consommation de pétrole et ses prix.

Sputniknews

Laisser un commentaire