Alpha Blondy : « Il y a du sang sur la route qui mène… au pouvoir » (vidéo)


La Côte d’Ivoire s’apprête à aller aux élections présidentielles, en octobre prochain. Un scrutin sous haute tension du fait d’un climat délétère qui règne dans le champ politique actuel ivoirien. Une côte d’Ivoire qui a encore en mémoire la crise post-électorale ayant fait des milliers de morts.
AFRIK.COM revient sur des propos d’Alpha Blondy, qui, à l’époque, avait sonné une alerte, valable à l’heure actuelle.
« Il y a du sang sur la route qui mène à la tour du pouvoir. Il y a du sang innocent. Les partis en face disent la même chose, pour la même cause. Dans ce face-à-face, le peuple se retrouve face au peuple. Et le peuple massacra le peuple au nom du peuple », avait dénoncé Alpha Blondy, il y a de cela huit ans.
Alpha Blondy déplorait : « Les partis en face sont d’accord qu’ils ne seront jamais d’accord » et dénonçait une « Opposition radicale », qui fait face à un « Parti au pouvoir radical », ce qui fait que le « verbe devient inamical », débouchant sur une « démocratie tribale… Un mort, deux morts, trois morts. Dans le journal, on parle de 50 morts, dix mille réfugiés ».
Le chanteur de reggae dénonce : « Ils ont bété-isé le débat, ils ont baoulé-isé le débat, ils ont dioula-isé le débat », débouchant sur des « querelles de personnes (qui) mettent en péril la République », s’y ajoute « la désinformation (qui) intoxique l’opinion publique ». « Policiers braisés, gendarmes braisés, voitures braisées, manifestants calcines… ».
Alpha Blondy insistait que « le coin n’est plus bon, le coin est gâté », car « c’est la course au pouvoir, course au pouvoir », « la course…sang pour cent innocents », faisant que « le sang de cent innocents… coule ». Un message très clair, qui colle à la réalité en Côte avec notamment la déclaration de candidature de l’ex-Président ivoirien, Henri Konan Bédié au scrutin présidentiel d’octobre prochain.
Les craintes du chanteur de reggae sont d’actualité, car l’actuel Président, Alassane Ouattara, avait annoncé son retrait de cette élection. Seulement, il avait pris le soin de mettre en garde qu’il renoncerait à briguer un nouveau mandat, à condition que les anciens de tiennent éloignés de cette élection. Sauf qu’un papy vient d’annoncer sa candidature.
Sans compter que l’opposant Guillaume Soro, qui a déjà déclaré sa candidature à ce scrutin, fait l’objet de poursuites judiciaires dans son pays qui a même émis un mandat d’arrêt international.



Par Abubakr Diallo –

Afrik.com

Laisser un commentaire