Voici pourquoi la France a restreint l’octroi de visa aux députés d’Algérie

La France n’accorde plus le privilège de délivrer systématiquement des visas Schengen aux députés algériens ainsi que pour leurs enfants et leurs proches. Pourquoi donc ?

Les députés algériens ne se voient plus délivrer systématiquement des visas Schengen par les autorités françaises. Cette situation de restriction aurait commencé en juillet 2017, avec la nomination de Xavier Driencourt au poste d’Ambassadeur et haut représentant de la République française à Alger, écrit ObserAlgérie.

Le site, qui cite ses sources, ajoute que le chef de Cabinet de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), ayant planifié une rencontre avec l’Ambassadeur de France, serait parti dans l’optique de négocier une convention entre les deux institutions. Sauf que l’APN, habituée à recevoir, chaque mandat, un quota de visas réservé exclusivement aux députés et hauts responsables, risque d’être très surprise.

Le chef Cabinet, poursuit ObserAlgérie, s’est vu refuser cet accord entre sa chambre basse et l’Ambassade de France en Algérie. Mieux poursuit le site, Xavier Driencourt aurait pris le soin de préparer une liste de toutes les personnes qui ont bénéficié d’un visa Schengen par le biais de l’APN, celles qui se sont par la suite rendues sur le territoire français pour ne plus jamais revenir en Algérie. Et de pointer du doigt : il s’agirait des fils d’anciens députés et de leurs proches.

L’Ambassadeur de France en Algérie aurait sèchement avancé que « les recommandations que vous faites, ne garantissent en aucun cas, que les bénéficiaires de ces visas retourneront dans son pays d’origine ». Coupant ainsi de court le chef de Cabinet de l’Assemblée Populaire Nationale.

 

Malick Hamid   — Afrik.com —

« Voici pourquoi la France a restreint l’octroi de visa aux députés d’Algérie »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 14 =