Tentative de déstabilisation: Le Cameroun chasse les soldats Américains de son territoire

Les États unis viennent-ils de subir leur première défaite sur le continent africain signé Cameroun, pays qui a résisté jusqu’ici à de multiples tentatives de déstabilisation venues du camp anglo-saxon? La crise anglophone persiste, mais force est de constater qu’elle n’a pas été à même de provoquer la grande guerre civile tant souhaitée et qui devrait déboucher sur l’implosion du Grand Cameroun.

En fait, la rencontre entre Tibor Nagy, l’émissaire américain pour l’Afrique avec le président Biya a du bien faire comprendre aux Américains qu’ils ne se trouvent pas en pays conquis et qu’à vouloir trop singer les Français et les Britanniques, ils risqueraient d’y laisser des plumes.

L’incident avec l’ambassadeur US au Cameroun empêché par la garde présidentielle camerounaise d’assister à la rencontre Biya-Nagy en apporte la meilleure preuve. Après avoir décidé en février d’interrompre leur aide militaire au Cameroun,  les USA retirent leurs soldats. Déployés à l’Extrême-Nord du Cameroun dans le cadre de la soi-disant  lutte contre Boko Haram, une centaine de militaires américains ont commencé leur rapatriement le 24 mars, ont annoncé des médias américains.

Les médias main Stream disent : » D’après le  site internet américain, ClarksvilleNow.com, une cérémonie d’accueil pour ce contingent s’est déroulée le dimanche 24 mars 2019 à la base militaire deFort Campbell. Ces soldats étaient déployés depuis octobre 2015 près de la base aérienne de Garoua,dans la région du nord du Cameroun.

La centaine de soldats appartient au 1er Bataillon, 502e Régiment d’infanterie, 2e équipe de combat de brigade, 101e Division aéroportée de l’armée américaine ».

En effet, le déploiement des forces US s’est fait dans le cadre d’une force opérationnelle baptisée « Talon ». Pendant 4 ans, cette force dite de « première frappe » a mené des missions sous prétexte de sécurité et de construction d’infrastructures de défense au Cameroun. À vrai dire cette force faisait partie du scénario dit « crise anglophone« . 

Rappelons qu’en octobre 2015, l’ancien président américain, Barack Obama avait annoncé au Congrès qu’il avait décidé de déployer un peu plus de 200 soldats au Cameroun. Quelques mois plus tard, des images satellitaires avaient révélé des travaux d’agrandissement de la base aérienne 301 de Garoua, du fait de l’activité du contingent américain.

En février 2019, Washington avait annoncé l’annulation de programmes d’aide militaire destinés au Cameroun, en invoquant de «graves violations des droits humains» commises par les forces de sécurité camerounaises. Dans la foulée, Washington avait exigé de Yaoundé qu’une enquête soit menée sur ces allégations, que les États-Unis jugent crédibles. Les autorités américaines veulent aussi que les auteurs des violations des droits de l’homme répondent de leurs actes.

Tout ceci s’appelle de l’ingérence et l’État camerounais le rejette et résiste. Le retrait d’un premier contingent US de Cameroun est sans doute une grande victoire alors que le pays est aussi harcelé par des mouvements armés sur les frontières avec le Tchad voire la RCA.

Il y a deux jours, le président Deby invitait « les frères camerounais à la sagesse et à l’unité. Au Tchad, il a dû lâcher du lest face au clan occidental mais quant au Cameroun, il a raison, les États-Unis, ayant déployé des centaines de militaires dans ce pays et construit des bases militaires à Garoua, avec des installations militaires à Douala, Maroua et Salak,..ils ne se retireraient pas sans avoir imaginé des voies alternatives ! Ceci dit le peuple camerounais qui vient de pousser dehors un premier contingent de yankees, saura bien venir à bout de tout complot. 

Quelques heures après le départ d’un premier contingent de soldats US du Cameroun, le président Biya reçoit une invitation de Poutine en Russie ! Le Cameroun a-t-il fait le choix de s’allier à la Russie pour contrer l’offensive de déstabilisation franco-anglo-saxonne ?

Regardsurlafrique Avec Presstv

Par Africa24monde

Laisser un commentaire