Ruée vers l’or: ce minerai acheté à un rythme record dans le monde

Les banques centrales miseraient sur l’or pour protéger leurs arrières

D’après les estimations du World Gold Council, au troisième trimestre 2018 les banques centrales mondiales ont acquis 165 tonnes d’or, portant ainsi leurs réserves à un total de 32.960 tonnes. Les plus grands acheteurs de ce métal précieux sont les banques centrales de Russie et de Turquie.

Selon les dernières informations du World Gold Council (WGC), la Russie reste le plus grand acheteur d’or après en avoir acquis plus de 92 tonnes ce trimestre, écrit jeudi le quotidien Kommersant. Elle en détient aujourd’hui 2.036 tonnes, ce qui la positionne à la 5e place mondiale en termes de réserves. En deuxième position se trouve la Banque de Turquie, qui a accru ses réserves de 18,5 tonnes. Les banques centrales d’Inde, du Kazakhstan et de Pologne affichent également une hausse significative.

La Banque centrale russe acquiert un volume record d’or
Depuis la crise de 2008-2009, qui a été résolue en grande partie par l’injection de sommes d’argent colossales dans l’économie mondiale, les banques centrales de plusieurs pays augmentent leurs réserves d’or. Cela a conduit à une hausse de l’inflation, alors que l’or est habituellement considéré comme un outil anti-inflation traditionnel. C’est également un havre de paix en période de déclin économique mondial, ce qui est particulièrement d’actualité au regard de la politique commerciale et monétaire des USA. «La hausse des investissements dans l’or est un moyen de diversifier la structure des réserves dans une situation où l’incertitude concernant les perspectives du commerce mondial et des marchés financiers mondiaux augmente», indique Natalia Orlova, directrice du centre d’analyse macroéconomique d’Alfa-Bank.
Les banques centrales de Russie et de Turquie cherchent également à protéger leurs réserves contre les risques géopolitiques. En effet, les États-Unis ont décrété de nouvelles sanctions contre Moscou et Ankara en août.

«Les menaces de sanctions reflètent la tendance à la démondialisation de l’économie mondiale, et les sanctions sont souvent dirigées contre les pays qui possèdent des réserves d’or significatives, par conséquent ces pays sont contraints de modifier la structure de leurs réserves», précise Natalia Orlova. D’après Valentina Jourba, responsable de l’analyse des marchés chez Ingosstrakh-Investissements, il existe actuellement un risque de gel des actifs des banques centrales. C’est justement pour réduire ce dernier qu’elles se retirent activement des obligations américaines au profit de l’or depuis quelques mois. «La Banque de Pologne renforce également sa stabilité face aux éventuelles sanctions du Parlement européen», déclare Roman Antonov, analyste de Promsviazbank.

La Russie a dépassé la Chine d’après le montant de ses réserves d’or
Dans les conditions actuelles, les acteurs du marché s’attendent à ce que les investissements des banques centrales dans l’or se poursuivent. «Il ne fait aucun doute que les banques centrales continueront d’acheter de l’or malgré la faible demande des investisseurs actuellement et l’attente d’une baisse des prix mondiaux suscitée par le «dollar fort» et la politique de la Réserve fédérale américaine. Les risques de ralentissement de la croissance économique mondiale et le déclin en Chine deviennent un scénario de plus en plus réel, ce qui permettra à l’or de reprendre son statut d’actif de protection», indique Roman Antonov. Selon Artem Kopylov, analyste d’Alfa-Capital, les banques pourraient accroître davantage leurs investissements dans le métal précieux en cas d’interventions actives sur les marchés des changes. «Sur fond de forte croissance des prix des matières premières, les pays exportateurs devront recourir aux interventions monétaires pour retenir le renforcement de la monnaie. En l’occurrence, la demande en or augmentera quand il faudra diversifier les réserves», conclut l’expert.
Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur de l’article repris d’un média russe et traduit dans son intégralité en français.

 

Ruée vers l’or: ce minerai acheté à un rythme record dans le monde

 

Les banques centrales du monde entier augmentent leurs réserves d’or à un rythme incroyable: au cours des trois derniers mois, ils ont acheté pour 5,82 milliards de dollars de ce précieux minerai, soit environ un quart de plus que l’année précédente. La Banque de Russie et la Banque centrale turque ont battu un record en termes d’achat d’or.

Selon les données fournies par le World Gold Council (WGC), les banques centrales ont acheté 148 tonnes d’or au troisième trimestre de cette année, soit 22% de plus que la même période de l’année dernière. La Banque de Russie est en tête des achats, avec 92,2 tonnes. Selon les statistiques de l’établissement, il s’agissait de la plus grande acquisition sur une telle période.

Détenteur de 2 tonnes d’or, le «Sultan de la monnaie» iranien condamné à la peine capitale
Compte tenu des 106 tonnes que le pays a achetées au premier trimestre de l’année, les réserves d’or de la Russie dépassent maintenant les 2.036 tonnes, d’une valeur d’environ 78 milliards de dollars. La Russie entre ainsi dans le top 5 des pays qui détiennent les plus grands stocks d’or, dépassés seulement par les États-Unis, dont la réserve représente 8.133,5 tonnes, l’Allemagne avec 3.369,7 tonnes, l’Italie (2.451,8) et la France (2.436 tonnes).
Selon les chiffres figurant dans le rapport du WGC, au troisième trimestre de 2018, les banques centrales mondiales ont acheté une quantité d’or record sur une période de quatre ans. Au cours des trois derniers mois, 148,4 tonnes ont été achetées. Comme on peut facilement le constater, cela représente 22% de plus qu’à la même période de l’année dernière (121,8 tonnes, la dynamique est tout simplement colossale) et son maximum depuis 2015. Outre la Russie, la Turquie, le Kazakhstan, l’Inde et la Pologne en achètent très activement également. La Hongrie a signalé une augmentation de ses réserves d’or de dix fois au cours du dernier trimestre (passant de 3,1 à 31,5 tonnes).

Les réserves russes en devises et en or en hausse de 1,2 milliard USD en une semaine
Si la Russie poursuit ses achats au même rythme, elle dépassera la France d’ici 2020. Les tendances actuelles d’achat d’or sont généralement assez claires: l’imprévisibilité de la politique économique américaine moderne est évidente, ce qui pourrait provoquer une crise financière. Par conséquent, la Russie a commencé à accroître ses réserves d’or en 2014, après l’introduction des premières sanctions américaines et européennes. Et en juillet 2018, la Banque de Russie a vendu la quasi-totalité de ses obligations américaines, ce qui a réduit leurs investissements à un minimum depuis 11 ans. Selon le Trésor américain, en mars dernier, la Russie détenait 96 milliards de dollars américains en titres américains. En été, il ne restait que 14,9 milliards, soit près de 12 fois moins qu’en 2010.
Dans le même temps, la Turquie et la Chine ont récemment revendiqué le statut d’acheteurs d’or les plus actifs, des pays qui ont depuis récemment des relations tendues avec les États-Unis. Ils sont également devenus d’importants vendeurs de titres du Trésor américain au cours de l’année.

 

Dédollarisation: «Les Russes liquident leurs obligations US et les convertissent en or»

Le troisième trimestre a vu l’achat d’or par les banques centrales dépasser les 148 tonnes, un plus haut depuis 2015. Avec 92 tonnes, la Russie est de loin le plus gros acquéreur. Philippe Béchade, président des Éconoclastes et Philippe Herlin, économiste, ont livré à Sputnik France leur décryptage de cette ruée vers l’or et la dédollarisation.

148,4 tonnes. Plus 22% par rapport à la même époque l’année dernière. L’achat d’or par les banques centrales du globe a atteint au troisième trimestre 2018 un plus haut depuis 2015, selon les statistiques du World Gold Council. À elle seule, la Russie a acquis 92,2 tonnes soit 62% du total. Malgré une lire turque qui a perdu 25% de sa valeur ces trois derniers mois, Ankara prend la deuxième position avec 18,5 tonnes d’or de plus dans ses réserves. Des pays comme le Kazakhstan, l’Inde ou la Pologne ont également été actifs au niveau des achats du précieux métal jaune.

«Il ne s’agit pas d’une ruée planétaire. La très grande majorité de l’or acheté au troisième trimestre l’est par des pays aux profils très spécifiques. On ne parle pas d’économies occidentales développées», souligne Philippe Béchade, président des Éconoclastes.

«Le dollar se porte bien, il a des taux plus élevés que sur l’euro, qui devraient continuer d’augmenter. Je ne pense pas qu’il y ait un rapport avec le cours du métal qui ne devrait pas augmenter prochainement. Ce sont des pays qui souhaitent surtout s’éloigner du dollar comme monnaie de référence et de transaction à l’international», analyse pour sa part Philippe Herlin.

Avec un cours qui évoluait autour des 1234 dollars l’once le 6 novembre à 14 h 15 heure française, le prix de l’or est loin de ses plus hauts historiques. La perspective d’une remontée des taux aux États-Unis devrait rapatrier d’importants capitaux au pays de l’Oncle Sam et faire s’apprécier le dollar. Plus important, la spéculation va toujours bon train sur le marché de l’or papier et maintient artificiellement les cours vers le bas. S’ils ne s’attendent pas à faire des profits à court terme, pourquoi ces pays se ruent-ils vers l’or? Car justement ils profitent des prix bas afin de remplir leurs propres objectifs.

Dans le cas de la Russie, il s’agit d’un travail de longue haleine. Moscou se trouve parmi les plus gros acheteurs depuis des années. Avec ses dernières acquisitions, la banque centrale du Pays des Tsars possède désormais plus de 2.000 tonnes d’or dans ses coffres. C’est plus que le record datant de 1941 et de… l’Union soviétique. Elle détient désormais 17% des réserves mondiales du métal jaune. Un stock estimé à plus de 78 milliards de dollars.

«Pour la Russie, c’est simple. Ils sont en pleine dédollarisation. Ils liquident leurs obligations US et les convertissent en or. Ils veulent donner plus d’assise au rouble», affirme Philippe Béchade.

En effet, voici plusieurs mois, les autorités de Moscou ont commencé à vendre massivement les obligations américaines qu’elles possédaient. Nos confrères des Échos écrivaient ainsi en juillet dernier: «En trois mois, Moscou a vendu presque 85% des emprunts d’État américains qu’elle détenait. Son portefeuille a fondu de 96,1 milliards de dollars en mars, à 48,7 milliards en avril puis 14,9 milliards en mai. En passant sous la barre des 30 milliards de dollars, la Russie n’est plus considérée comme un « détenteur majeur » par les États-Unis.»La Chine, l’or et ses secrets

La Russie cherche à rendre son économie plus indépendante du dollar, la monnaie de réserve et d’échange internationale, que l’extra-territorialité du droit américain permet d’utiliser pour poursuivre des entités économiques à l’étranger. Le premier sous-gouverneur de la banque centrale de Russie, Dmitry Tulin, a récemment déclaré que l’or était «une garantie à 100% contre les risques législatifs et politiques».
Moscou a intensifié ses achats d’or après l’introduction en 2014 des sanctions occidentales consécutives au rattachement de la Crimée à la Fédération. Un processus qui n’est pas près de s’arrêter, à en croire les dires d’Anton Siluanov, ministre russe des Finances, qui a assuré que son pays devait se débarrasser de ses obligations du Trésor américain pour des actifs apportant plus de sécurité comme le rouble, l’euro et les métaux précieux.

Et plus qu’une volonté de protection, c’est bien la possibilité de donner au rouble une meilleure place dans les échanges internationaux qui est recherchée, comme l’explique l’économiste Philippe Herlin:

«Une réserve d’or importante dans les coffres d’une banque centrale permet de donner une meilleure assise à sa propre monnaie. Le fait d’augmenter les réserves d’or rassure ses partenaires sur sa solidité.»

La Turquie a quant à elle acheté 18,5 tonnes d’or au troisième trimestre, pour porter le montant de ses réserves officielles à 258,6 tonnes. Philippe Béchade avance une possible explication à ces mouvements, que la récente baisse de la lire turque a rendus plus coûteux pour Ankara:

«Je pense qu’ils sont dans une volonté de diversification des réserves. Nous savons aussi que l’Iran a mis sur pied des systèmes d’échanges comportant une base d’or avec certains pays. Or, la Turquie est pour le moment autorisée à acheter du pétrole à l’Iran. Alors est-ce que cet or récemment acquis par la Turquie ne va pas servir en partie à régler du pétrole importé d’Iran? C’est une piste. Bien que plus largement, je pense que la Turquie cherche à se rendre plus indépendante du dollar.»

La Turquie fait en effet partie des huit pays autorisés temporairement à acheter du pétrole en provenance d’Iran malgré le rétablissement des sanctions américaines contre Téhéran le 5 novembre.

La Chine est absente de la liste des plus gros acheteurs de métal jaune du troisième trimestre 2018. Pourtant, à l’instar de la Russie, l’Empire du Milieu a fait de l’accroissement de ses réserves d’or une priorité ces dernières années. Mais le tout avec un certain secret. En effet, Pékin communique peu et rarement sur la réalité du contenu de ses coffres. Et quand elle le fait, une grande partie des observateurs du marché n’y accordent aucun crédit.

«Concernant la Chine, il est très difficile de savoir réellement combien ils achètent, mais je pense qu’ils sont à plus de 400 tonnes par an. Elle achète sa propre production, car elle est le premier pays producteur. Mais selon moi, ils continuent d’en importer», analyse Philippe Béchade.

La deuxième économie mondiale serait-elle aussi en phase de dédollarisation? Nous en sommes encore loin pour le président des Éconoclastes:

«Pour la Chine, la phase de dédollarisation est loin d’être complète. Elle possède encore des centaines de milliards de dollars de bons du Trésor US.»

D’après Les Échos, la Chine détenait encore en juin dernier plus de 1.100 milliards de dollars d’emprunts américains. Bien que Pékin a commencé à s’en débarrasser, les ventes ne se font pas massivement. Ce qui fait dire à Philippe Béchade que la Chine est plus dans une optique de «diversification» de ses actifs avec ses achats d’or.

«Si vous prenez par exemple la Chine, elle fait en sorte de multiplier les transactions avec ses voisins en yuans au lieu du dollar. Le fait d’augmenter les réserves d’or permet notamment de rassurer ses partenaires sur la solidité de la monnaie», souligne pour sa part Philippe Herlin.

Une nouvelle étape a d’ailleurs été franchie en août 2018 quand la Banque centrale vietnamienne a annoncé qu’à partir du 12 octobre, les banques et institutions financières engagées dans des échanges commerciaux transfrontaliers avec la Chine seraient autorités à utiliser le yuan ou le dong vietnamien. Le commerce entre la Chine et le Vietnam représente plus de 100 milliards de dollars et la majorité des transactions sont aujourd’hui faites en dollars, ce qui crée des risques monétaires pour les deux pays.

Infographie World gold council
WORLD GOLD COUNCIL
Infographie World gold council

L’attitude de la Chine peut sembler paradoxale. Première productrice mondiale, elle détenait 1842,6 tonnes du précieux métal au deuxième trimestre 2018 d’après le World Gold Council. Un chiffre loin des 8133,5 tonnes officiellement détenues par les États-Unis. Et en deçà des 3369,9 tonnes de l’Allemagne. L’Italie et ses 2451,8 tonnes d’or, ainsi que la France et ses 2436 tonnes, sont également mieux pourvues, sans parler de la Russie.
Mais les chiffres avancés par la Chine seraient largement en dessous de la réalité, d’après plusieurs experts. «Il est évident que les réserves chinoises sont plus élevées que ce qu’ils annoncent», affirmait Brien Lundin, éditeur de Gold Newsletter, après des publications officielles de Pékin. Si elle veut effectivement asseoir la légitimité et la solidité du yuan dans les échanges internationaux, pourquoi est-elle soupçonnée par de nombreux experts de volontairement sous-estimer le montant de ses réserves d’or?
D’après Philippe Béchade, les autorités chinoises anticiperaient une explosion du système monétaire international et souhaiteraient se préparer à sa remise à plat, le tout sans montrer leur véritable jeu:

«Je pense que c’est leur stratégie. Dans un contexte de refonte du système monétaire international, ils voudraient disposer de réserves d’or en proportion comparable à celles des banques centrales européennes et américaines, qui représentent à quelques pays la moitié des réserves d’or dans le monde. Si les Chinois veulent pouvoir discuter d’égal à égal avec ces acteurs, il faudra qu’ils disposent d’un stock d’or qui leur permettra de dire: « Ma monnaie est garantie dans les mêmes proportions que la vôtre ». Mais je pense que la Chine les a déjà.»

Philippe Herlin ne voit pas un cataclysme se produire dans un avenir proche: «L’or serait effectivement la meilleure protection contre un effondrement monétaire international. Avec le niveau des dettes, cela peut se produire. Mais cela signifierait effondrement du dollar. Je suis plus optimiste sur l’économie américaine avec Trump donc je ne vois pas le dollar aller au tapis dans les années qui viennent.»

 

 

La Chine accumule-t-elle secrètement une énorme réserve d’or?

Bien que les réserves d’or chinoises restent inchangées depuis 2016, des analystes tirent la sonnette d’alarme. La Chine pourrait acheter de l’or pour deux raisons: une guerre commerciale avec Washington et la chute du prix de l’or.

Les données officielles de la Banque populaire de Chine (PBOC) montrent que les réserves d’or du pays n’ont pas augmenté depuis 2016, année où Donald Trump a été élu Président des États-Unis. Elles sont restées inchangés depuis lors, s’établissant à 59,24 millions d’onces (1.843 tonnes).

Fin juin dernier, la Banque populaire de Chine a évalué ses réserves de métaux précieux à 74,1 milliards de dollars.

Les analystes doutent cependant du fait que Pékin ait réellement cessé d’accumuler de l’or. Selon eux, une potentielle guerre commerciale avec les États-Unis et la chute du prix de l’or cette année constituent de bonnes raisons pour la Chine d’en acheter.

«L’impératif stratégique est probablement toujours d’ajouter un peu d’or aux réserves», a déclaré à Bloomberg Philip Klapwijk, directeur général de Precious Metals Insights. «Détenir de l’or en tant que manière de diversifier son portefeuille est encore une meilleure raison étant donné les relations plutôt tendues avec les États-Unis.»

En tant que l’un des principaux détenteurs d’or, la Chine a accumulé de manière agressive des réserves d’or pour réduire sa dépendance au dollar américain, selon Ronan Manly, spécialiste des métaux précieux à Singapour. Dans une interview accordée à RT, il a déclaré que les réserves d’or combinées de la Chine et de la Russie pourraient ébranler la domination américaine sur l’économie mondiale.La Chine a passé de longues périodes sans révéler des augmentations de ses réserves en or. En 2015, pour la première fois en six ans, la Banque populaire de Chine avait annoncé un essor de 57% de ses réserves jusqu’à 53,3 millions d’onces. Cette annonce avait coïncidé avec l’adoption de règles plus strictes du FMI en matière de réserves internationales et de données sur la dette, le gouvernement ayant fait pression pour que le yuan soit inclus dans le panier des droits de tirage spéciaux. Le FMI avait finalement intégré la monnaie chinoise dans ce panier en octobre 2016.

 

 

Spuniknews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 6 =