Les grandes étapes du destin pétrolier du Sénégal

En 2022, le Sénégal deviendra un pays producteur de pétrole. A son lancement, la production pétrolière sera comprise entre 100 et 125 000 barils par jour. Cela devrait gonfler les recettes publiques et dynamiser l’économie locale.

Selon des simulations effectuées l’année dernière par le ministère de l’économie, une production moyenne au-delà de 100 000 barils par jour entre 2020 et 2035 devrait entraîner un taux de croissance annuelle de 9,4% pour 52 milliards de dollars de PIB supplémentaires par an. Des perspectives qui, selon les données annoncées concernant l’industrie en gestation du gaz naturel, feront du pays un eldorado énergétique dans la prochaine décennie.
Mais pour en arriver là, de nombreux efforts, notamment d’ordre financier, restent à fournir par le gouvernement et les compagnies pétrolières.
Celles-ci ont, depuis 2014, investi dans la recherche et les travaux de forage pour révéler plusieurs gisements importants dont celui de SNE. Pendant ces quatre ans, plusieurs évènements majeurs ont ponctul la marche du Sénégal vers son destin pétrolier. Chronologie.

1960-2000
Premiers pas titubants du Sénégal dans le domaine de l’exploration pétrolière

Début des années 1960, période post indépendance. Le Sénégal attire des études d’exploration qui se sont avérées très peu concluantes. Elles ont conduit à la découverte de très petites poches de pétrole lourd au large des côtes de la Casamance et de quelques réserves mineures de pétrole brut ainsi que de gaz au large de Dakar. Ces réserves seront pour la plupart qualifiées de non-commerciales.

C’est entre la fin des années 1990 et le début des années 2000 que, conscients du potentiel, les responsables du secteur, mènent plusieurs roadshows internationaux pour convaincre les compagnies d’exploration de venir investir dans le pays. Des efforts couronnés de succès car, du début des années 2000 à ce jour, une dizaine de contrats de recherches et de partage de production sont signés. Plusieurs compagnies indépendantes se voient ainsi octroyer des contrats de recherches et de partage de production le long du littoral.

Août 2014
Première découverte majeure d’hydrocarbures

Le 27 août 2014, après plusieurs mois de travaux de recherches, le premier puits foré par l’australien FAR Ltd sur le permis Sangoma Profond est un succès.

CHAMPAGNE

Le premier puits foré par l’australien FAR Ltd sur le permis Sangoma Profond est un succès

Le puits FAN-1 logé sur le bloc Sangomar Profond à 100 km au large des côtes sénégalaises affiche un niveau élevé de gaz et de fluorescence dans un objectif secondaire à faible profondeur. Le puits qui est situé à une profondeur d’eau de 1427 mètres, a été foré à une profondeur de 4402 mètres. Des travaux de forage supplémentaires permettent d’atteindre 4927 mètres et d’intercepter un réservoir de pétrole net de 29 mètres. Les premiers résultats des analyses effectuées sur les échantillons révèlent alors des types de pétrole contenus dans la fourchette de 28° API à 41° API. En outre, FAN-1 renfermerait au total (P90) 250 millions de barils, (P50) 950 millions de barils et (P10) 2,5 milliards de barils de pétrole, à la satisfaction de Mme Cath Norman, la directrice générale de Far. « La découverte du pétrole avec le puits FAN-1 est un événement important pour le Sénégal et la joint-venture », affirme-t-elle, ravie.

Novembre 2014
Deuxième importante découverte de pétrole

SNE-1 est découvert sur Sangomar Profond, le 10 novembre 2014, également par FAR. Le groupe australien publie une mise à jour de ses activités dans laquelle il indique avoir mis la main sur une colonne de pétrole brut de 95 m sur ce puits. Distant de 24 km de FAN-1, la découverte a été opérée à une profondeur de 1100 mètres, alors qu’il était prévu que le forage atteigne 3000 mètres de profondeur. Les premiers résultats des échantillons affichent des ressources récupérables de P90 (1C) de 150 millions de barils, P50 (2C) de 350 millions de barils et P10 (3C) de 670 millions de barils. En revanche, la qualité du brut est la même que sur FAN-1.

FAN1 SNE

Deux découvertes majeures en 2014.

« C’est une importante découverte de pétrole pour Cairn et le Sénégal. Sur la base des estimations préliminaires, c’est une découverte commerciale et elle ouvre un nouveau bassin dans la marge de l’Atlantique », explique Simon Thomson, le PDG de Cairn Energy, société partenaire de FAR, après la publication de ces résultats.

Janvier 2016
Cairn Energy garde le sourire après des résultats positifs

Démarré le 4 novembre 2015 sur le champ SNE, dans le bloc Sangomar Profond, le forage du puits SNE-2 s’acheve le 3 décembre 2015 et atteint une profondeur totale de 2825 mètres.

Le 4 janvier 2016, Cairn Energy annonce le succès des tests de production du puits SNE-2. Les opérations y ont permis d’atteindre un plateau de production quotidien de 8000 barils. Pour les analystes, ces chiffres vont au-delà des attentes et mettent un terme aux inquiétudes concernant la qualité du réservoir qui, selon la compagnie écossaise pourrait contenir plus d’un milliard de barils. Selon Reuters, de nombreux investisseurs attendaient les résultats de ces premiers tests pour se faire une idée du potentiel du puits. Simon Thomson, le PDG de Cairn Energy déclare : « Ces résultats confirment le potentiel sénégalais en matière d’hydrocarbures et nous espérons que les prochaines études permettront de revoir à la hausse ce potentiel».

Septembre 2016
Le pétrole du champ SNE est commercialement viable

Après deux découvertes majeures d’huile sur le puits d’exploration FAN-1, FAR et ses partenaires procèdent au forage de quatre puits d’évaluation et SNE-1, SNE-3, BEL-1, SNE-4 qui révèlent la présence d’une importante province pétrolière autour du bloc Sangomar Profond. Ces découvertes sont regroupées au sein du projet SEN. Selon les premières évaluations de FAR, le pétrole en présence est évalué comme étant commercialement viable.

FAR qui a fourni une mise à jour selon laquelle les ressources pétrolières récupérables sur le projet, ont connu une augmentation de 14% pour atteindre 641 millions de barils, projette de démarrer la production en 2022 avec un plateau quotidien de 140 000 b/j.

Mars 2017
Nouvelle découverte de pétrole

Le 27 mars 2017, Cairn Energy signale une importante découverte d’huile sur le projet SNE, notamment sur le puits VR-1, à 5 km du puits, SEN-1.

VR-1 est logé sur le champ SEN-1 à 5 km du premier puits du champ. Foré jusqu’à une profondeur de 2759 mètres, le puits, contrairement aux derniers, rencontre une colonne de brut sur 97 mètres à travers plusieurs réservoirs. Les experts indiquent, avec seulement les résultats post-forage, qu’il s’agit de la rémunération nette de pétrole la plus élevée sur SEN.

Cath Norman

Cath Norman, DG de Far Ltd.

« Le puits VR-1 est un grand succès. Il fournit des informations importantes sur la géologie du flanc ouest du champ SNE et en particulier sur la nature des réservoirs de la série 500. La compréhension de ces réservoirs est essentielle pour finaliser la conception du plan de développement de la Phase 1 (…) Nous attendons avec impatience d’apporter à nos actionnaires les résultats des prochains travaux de forage dans cette formation », déclare Mme Cath Norman, la patronne de Far Ltd.

Le projet SNE a, jusqu’ici affiché 8 découvertes de pétrole sur forages engagés, soit une efficacité de 100%. Après les analyses des ingénieurs pétroliers, chacun des puits du champ possède un pétrole commercialement viable.

Juillet 2017
SNE accueille un nouveau gisement d’huile pour mieux évaluer la découverte FAN-1

Dans l’offshore sénégalais, les découvertes de pétrole s’enchaînent et les besoins d’évaluer les acquis poussent FAR et ses partenaires à forer le puits FAN South-1 dont les travaux ont démarré le 26 mai. Situé à une profondeur d’eau de 2175 mètres, FAN South-1 est foré jusqu’à une profondeur totale de 5433 mètres où deux réservoirs majeurs sont atteints. Il s’agit d’un réservoir de turbitides datant du crétacé supérieur et un autre datant du crétacé inférieur, exactement comme sur la découverte FAN-1 en 2014.

Les premières études montrent que l’huile en présence est de qualité API 31° et commercialement viable. Les premières indications montrent que la découverte est conforme aux résultats obtenus sur FAN-1.

 

« FAN Sud est notre dixième réussite au Sénégal depuis les trois dernières années et notre deuxième puits dans la partie profonde du bassin, à côté de la découverte FAN-1. Les résultats de FAN South seront intégrés à ceux de FAN-1 et ajoutés à ceux du champ SNE. Cela aidera la coentreprise à mieux évaluer le potentiel du bassin en eau profonde, au large du Sénégal.», a commenté Simon Thomson, le patron de Cairn.

FAN South-1 est situé sur le prospect FAN South, à 90 km au large du bloc Sangomar Deep Offshore et à 30 km au Sud-Ouest de FAN-1.

Août 2017
11e découverte de pétrole sur SNE

Les recherches se poursuivent dans l’amont. FAR et ses partenaires franchissent un nouveau palier avec la main mise sur un nouveau gisement d’huile dans le puits d’exploration SNE North-1, dans le bloc Sangomar Deep Offshore. Ce nouveau gisement est intercepté le long d’une colonnes d’hydrocarbures de 24 mètres, à travers trois intervalles. On relève 11 mètres de condensat net et de gaz et 4 mètres d’huile dans un réservoir de bonne qualité et d’une qualité API de 35°.

SNE North-1 est foré à une profondeur totale de 2837 mètres. Par ailleurs, ce forage marque la fin du programme des cinq puits prévus pour cette année. La coentreprise travaille désormais sur les activités de développement qui démarreront en 2018 sur Rufisque, Sangomar et Sangomar Deep. « Les résultats du puits SNE Nord sont encourageants en termes de prospective et d’implications supplémentaires pour le potentiel de SNE. Nous sommes ravis d’avoir achevé efficacement notre programme de forage, et en toute sécurité, au Sénégal. Une mise à jour sur les ressources et les plans de développement de SNE seront fournis dans une prochaine mise à jour, au plus tard ce mois-ci. », déclare le directeur général de Cairn, Simon Thomson.

Mars 2018
Les ressources de pétrole récupérable sur SNE enregistrent une importante hausse

Le 22 mars 2018, les partenaires engagés sur le projet SNE signalent une hausse du pétrole techniquement récupérable sur place. Entre 2014, date des premières découvertes, et 2016, elles sont passées de 198 millions de barils à 641 millions de barils. De 2016 à 2018, elles sont passées à 839 millions de barils. « Une opportunité fantastique au large du Sénégal », selon Cath Norman, la directrice générale de Far. Ceci devrait permettre aux partenaires de revoir à la hausse le plateau de production envisagé sur place. La société estime que les ressources récupérables pourraient atteindre 1,5 milliard de barils. Par ailleurs, la responsable précisée que la décision finale d’investissement sur SNE sera prise en 2019.

Mai 2018
Il faudra 2 milliards de dollars pour mettre en valeur le pétrole de SNE

Dans le cadre de la soumission au gouvernement du plan de développement de l’huile de SNE, FAR et ses partenaires revoient à la baisse, de 33%, les dépenses en capital pour SNE. Désormais, il faudra 2 milliards de dollars pour développer le projet. L’annonce est faite dans le cadre de son assemblée générale annuelle qui se tient le 31 mai. « Nous nous estimons chanceux que les coûts de développement soient tombés plus bas que ce qui a été prévu depuis plusieurs années (…) Aussi nous sentons-nous encouragés par le nombre d’options qui s’offrent à nous depuis que nous travaillons sur le financement et je suis confiant que nous obtiendrons de bons résultats.», a commenté Nic Limb, le président de Far, lors de la séance. SNE contient des réserves récupérables 2P de 563 millions de barils, à développer lors de la première phase de production, et 1 Tcf de gaz naturel. La société a également annoncé que la production pétrolière devrait démarrer entre 2021 et 2023 pour un plateau quotidien compris entre 75 000 et 125 000 barils.

Septembre 2018
Le gouvernement annonce que 10 blocs feront l’objet d’un appel d’offres international en 2019

Pour assurer plus de transparence dans les procédures d’attribution de blocs pétroliers, le Sénégal envisage d’ouvrir 10 blocs d’exploration pétrolière au premier ou au second trimestre de 2019. Au total, neuf de ces blocs seront logés en offshore et un en onshore, selon des précisions fournies par Mamadou Faye, le directeur général de la société publique du pétrole (Petrosen).

 

.

Cette annonce fait suite aux accusations persistantes de certaines organisations de la société civile selon lesquelles le gouvernement attribuerait des blocs dans une grande opacité, quitte à favoriser des intérêts personnels. D’ailleurs, le responsable annonce que des efforts sont en cours pour mettre à jour le code pétrolier afin d’assurer pleinement la transparence dans le domaine.

Octobre 2018
Le Sénégal lance son premier appel d’offres relatif à des blocs pétroliers

Deux. C’est le nombre de blocs pétroliers que le gouvernement a ouvert à la concurrence afin de favoriser la transparence dans le processus d’attribution des blocs pétroliers. Il s’agit des blocs Sénégal Offshore Sud et Sénégal Offshore Deep. Aucune information supplémentaire n’a encore été fournie concernant les caractéristiques des deux blocs.

A suivre

Chronologie réalisée par Olivier de Souza  – (Ecofin Hebdo) –

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 11 =