L’Égypte se retire du projet MESA

Le Caire a pris la décision de quitter le projet américain visant à forger une «Otan arabe» destinée à contenir le pouvoir iranien, mais aussi à contrer l’influence russe et chinoise dans la région, a annoncé l’agence Reuters.

L’Égypte s’est retirée du projet d’alliance pour la sécurité du Moyen-Orient MESA, conçu notamment pour contenir la République islamique d’Iran, rapporte Reuters citant une source proche du dossier.

Le Caire a annoncé sa décision aux États-Unis et à d’autres participants au projet à l’approche d’une réunion qui s’est tenue dimanche 14 avril à Riyad en l’absence de délégation égyptienne, a précisé l’interlocuteur de l’agence.

Le projet MESA, qualifié par certains observateurs d’«Otan arabe», est promu par les États-Unis et l’Arabie saoudite dans l’objectif d’intégrer leurs alliés arabes sunnites à un pacte de sécurité, politique et économique dirigé contre l’Iran chiite. D’après un document classifié de la Maison-Blanche consulté par Reuters en 2018, cette initiative vise également à limiter l’influence régionale croissante de la Russie et de la Chine.

Outre les États-Unis et l’Arabie saoudite, parmi les participants à la MESA figurent les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, Oman et la Jordanie.

Téhéran s’est déjà félicité des rapports sur le retrait égyptien de l’initiative, bien que ces derniers ne soient toujours pas officiellement confirmés. Selon le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Qassemi cité par l’agence IRNA, l’Égypte est «un pays important et puissant», capable de jouer «un rôle clé» dans les affaires de l’Asie de l’Ouest. «Si cette annonce se confirme, nous la saluerons», a déclaré le responsable.

Sputniknews

Laisser un commentaire