Le non droit international

Le droit international, régissant de façon pacifique les différends entre nations, ainsi que les instances supranationales, censées agir en qualité d’arbitres, sont devenus une farce.

Charles Horman fut un journaliste d’investigation américain, assassiné par les services secrets chiliens quelques jours après le coup d’état du président socialiste élu, Salvador Allende, le 11 septembre 1973, dans un stade de foot, aménagé par le nouveau régime du général Pinochet en camp de concentration pour les membres de l’opposition, avec la bénédiction de l’administration du président américain Richard Nixon, son conseiller à la Sécurité nationale, Secrétaire d’Etat et Prix Nobel de la Paix, Henry Kissinger, ainsi que la toute puissante CIA (Central Intelligence Agency).

Le citoyen américain Horman, qui vivait avec sa campagne dans un quartier populaire de la capitale Santiago, eut deux défauts majeurs, sa sympathie avec les milieux communistes chiliens ainsi que sa présence au mauvais endroit au mauvais moment. Lors d’un séjour dans la station balnéaire « Vina del Mar », près du port de Valparaiso, il tomba sur un important rassemblement de conseillers militaires américains dans l’hôtel dans lequel il logea, ce qui suscita sa curiosité. Mal lui en pris.

Le metteur en scène grecque, Konstantinos Costa Gavras, raconte l’histoire dans son film « Missing », paru en 1982.

Des documents, publiés en 1999 aux Etats-Unis, sous le « Freedom of Information Act », cette loi qui s’active à l’instant où plus personne ne s’intéresse à l’affaire, démontrent la complicité du personnel de l’ambassade américaine à Santiago dans cet assassinat.

Par ailleurs, en juin 2014, un tribunal chilien reconnut formellement le rôle de la CIA, notamment celui du capitaine de la marine américaine, Ray Davis, commandant de la mission militaire américaine au Chili, pour avoir fourni au chiliens des informations, permettant l’arrestation du citoyen américain.

Après un intermède apocalyptique au Moyen Orient, le continent sud-américain devient apparemment à nouveau l’arrière-cour des Etats Unis. A l’instar du Chili, le Venezuela est un pays riche en ressources naturelles. D’importants gisements d’or, ainsi que les plus importantes réserves pétrolières de la planète, suscitent des convoitises.

A l’instar du peuple chilien, les vénézuéliens décidèrent, à un moment donné, de gérer leur patrimoine de façon autonome. Après plusieurs tentatives de coups d’état, une spécialité latino-américaine, et quelques séjours en prison, le colonel Hugo Chavez finit par se faire élire Président de la République bolivarienne du Venezuela en 1998, nommée après le général vénézuélien Simon Bolivar, mort en 1830, symbole de l’émancipation des colonies espagnoles d’Amérique du Sud, pour rester au pouvoir jusqu’à son décès le 5 mars 2013.

 Le gouvernement Chavez (1998-2013) avait su profiter de la flambée des prix du pétrole, grâce au boom économique des pays émergents, les BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine), pour mettre en place sa « révolution bolivarienne », car l’industrie pétrolière et gazière vénézuélienne représente 95% des revenus à l’exportation, la moitié des recettes de l’état et un quart du produit intérieur brut PIB.

Corrigé de l’inflation, le PIB vénézuélien, avait pratiquement doublé entre 2003 et 2008, soit une croissance de 13,5% en rythme annuel, bien que, selon le « Center for Economic and Policy Research » basé à Washington, cette croissance fut essentiellement générée par le secteur non pétrolier et que la croissance du secteur privé fut supérieure au secteur public pendant la même période.

Toujours selon le « Center for Economic and Policy Research », Chavez avait réussi à réduire le taux de pauvreté du Venezuela de moitié et celle de la pauvreté extrême de 72%. Entre 1998 et 2006 les décès liés à la malnutrition avaient chuté de 35% et le coefficient de Gini, qui mesure le degré d’inégalité de la distribution des revenus, est passé de 0,498 en 1999 à 0,39 en 2011, faisant du Venezuela le pays le moins inégalitaire d’Amérique Latine. En outre, les allocations sociales (vieillesse et handicap) augmentèrent de 1,7 million bénéficiaires en 1998 à 4,4 millions bénéficiaires en 2008.

En 2013 la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, félicita le Venezuela pour son progrès en matière de lutte contre la sous nutrition. L’organisation estime la proportion de personne affectés par la faim réduite de 14,1% en 1990 à 4,6 en 2013.

Selon l’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, sous Chavez, le taux d’analphabétisme avait été réduit, à moins de 5%, faisant du Venezuela le seul pays à avoir atteint les engagements pris par les pays d’Amérique Latine à la Havane en 2002 en la matière. (Wikipedia)

Le phénomène de la dépendance d’un pays des revenues de ses matières premières est connu sous le nom de « malédiction des ressources » ou « maladie hollandaise » (dutch disease, « The Economist »), faisant référence à la découverte d’un important gisement de gaz à Groningen en 1959. Son exploitation mit une énorme pression sur le taux de change de la monnaie, le florin, rendant l’économie domestique, l’industrie non pétrolière et l’agriculture, non compétitive face aux importations bon marché, rendant difficile de développement et la survie d’un secteur d’exportation de produits alternatifs.

Avec le ralentissement de l’économie mondiale le prix du pétrole atteint un pic de 100 USD le baril en juin 2014 pour chuter rapidement à USD 50, puis à 30 USD en janvier 2016, une catastrophe pour l’économie vénézuélienne qui subit de plein fouet une forte contraction qui perdure depuis cinq ans, moins 18% pour l’année 2018.

Entre 2014 et 2017, la masse monétaire enflait de 8’500 %, engendrant une hyperinflation de 300% en 2016 et de 2’000 % en 2017. Pour 2018 les estimations les plus basses se situent autour de 4’000 %, or le taux d’inflation « traditionnel » oscille autour de 30% avec des pics de 100% par année.

Dans un article du « Monde diplomatique » paru au mois de novembre de l’année passée, Temir Porras Ponceleòn, ancien conseiller auprès du président Hugo Chavez pour les questions de politique étrangère entre 2002 et 2004, ancien directeur du cabinet du président Nicolàs Maduro, ancien Vice-ministre des affaires étrangères entre 2002 et 2013, renvoyé par celui-ci en 2013, met sérieusement en cause la politique économique de l’actuel président.

Monsieur Ponceléon critique notamment le gel des prix dès le début de la crise, maintenant une surévaluation artificielle de la monnaie nationale, engendrant du coup un boom à l’importation sans précédent, asséchant de plus en plus les liquidités du trésor. (dutch disease)

En outre il estime que Maduro aurait pu négocier un rééchelonnement de la dette, notamment avec la Chine et la Russie, partenaires financiers-clé, ce qui lui aurait laissé du temps pour gérer la crise. Au lieu de cela celui-ci suivit la doctrine Chavez et remboursa entre 2014 et 2017 rubis sur l’ongle la somme de 71,7 milliards USD, asséchant ses réserves monétaires et ses réserves d’or.

Le seul rééchelonnement effectué par le président Maduro était celui de la « Compagnie Nationale de Pétrole « Petroléos de Venezuela SA » (PDVSA), proposant à ses créanciers, notamment russes, un échange d’obligations (2017-2020), contre une garantie sur 50,1% du capital de la « Citgo Petroleum Corporation », une raffinerie pétrolière américaine, détenue par PDVSA, dont le siège se trouve à Houston, en cas de défaut, prolongeant certes de trois ans les échéances, mais mettant également en danger un peu plus l’indépendance de l’agence et réjouissant du coup les spéculateurs internationaux avide de s’approcher un peu plus des réserves pétrolières les plus importantes de la planète.

Finalement, après la mise en vigueur des sanctions économiques américaines, en août 2017, Maduro fut prêt à négocier la dette, pourtant détenue en grande partie par des fonds de pension américains. Trop tard. (Ponceleòn)

La production pétrolière passant de trois millions de barils par jour à moins d’un million et demi en 2018, engendrant un assèchement des liquidités nécessaires pour… produire du pétrole, et, sur le plan politique, donnant une majorité de deux tiers à la droite néolibérale l’Assemblée nationale, présidée actuellement par un jeune freluquet, avide de saisir le pouvoir, mais ne disposant d’aucun soutien parmi la population, car totalement inconnu, causent quelques maux de tête au président en exercice.

Certes, le soutien de la population au président Maduro ne se situe probablement à pas plus que 20 à 30%, dû à sa gestion catastrophique de la crise, seulement, l’opposition de droite n’est guère en meilleure posture.

Il est, pour cette raison, tout de même assez cocasse de constater le parti pris unanime de la communauté internationale pour exiger, si ce n’est pas expressément le départ de Maduro, mais quand-même la tenue d’élections dans un délai d’une semaine (?), à commencer par la France, qui s’y connaît en matière de gestion de crise, ou l’Angleterre où la Premier ministre défie le bon sens en s’accrochant au pouvoir coûte que coûte, ou le gouvernement allemand qui continue à se maintenir en place, grâce à une coalition de plus en plus bancale. Coutumier d’une soumission presque infantile au diktat du gouvernement américain, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, fut, ensemble avec l’organisme multilatéral « Grupo de Lima », à l’exception notable du président mexicain Manuel Lopez Obrador, la Bolivie et l’Uruguay, parmi les premiers à exiger le départ du leader vénézuélien.

Et que dire des médias, quatrième pouvoir dans l’état, qui adoptent une position unanime, quasi stalinienne, sans aucune nuance. Dire que l’Organisation des Nations Unies fut créée précisément pour résoudre ce genre de situation sur le plan international.

par Bruno Hubacher

Agoravox

Laisser un commentaire