Gabon : Ali Bongo désormais en fauteuil roulant…en espérant qu’il ne souffre pas de cécité

Le chef de l’Etat du Gabon, Ali Bongo Ondimba, est rentré dans son pays, avec un changement majeur. Le dirigeant, comme l’avait annoncé Afrik.com, se déplace désormais en fauteuil roulant.

Le 30 novembre 2018, après analyse de toutes les informations distillées par la Présidence gabonaise et quelques proches du Président du Gabon, Afrik.com concluait qu’il ne serait pas étonnant de voir Ali Bongo rentrer au Gabon, en fauteuil roulant, suite à son AVC survenu en Arabie Saoudite. Et selon les informations fournies dans la presse gabonaise, le dirigeant a présidé la cérémonie de prestation de serment du nouveau Gouvernement en étant assis sur un fauteuil roulant.

Lire l’intégralité de l’article publié le 30 novembre 2018 : Gabon : Ali Bongo en fauteuil roulant comme Bouteflika d’Algérie ?

Afrik.com avait également annoncé que Ali Bongo était paralysé de la jambe droite. Rentré du Maroc, lundi 14 janvier, Ali Bongo venant de boucler 80 jours hors de son pays. En effet, après une attaque, le 24 octobre 2018, le Président gabonais avait été interné sur place avant son transfèrement au Maroc, le 28 novembre de la même année. Admis à l’hôpital militaire de Rabat, Ali Bongo finira son séjour marocain dans une résidence privée. C’est là-bas qu’il poursuivra sa rééducation, jusqu’à son retour a  Gabon, lundi.

Lire aussi : Gabon : la preuve qu’Ali Bongo est… paralysé

Ali Bongo Ondimba va-t-il rester au Gabon, retourner au Maroc ou changera-t-il de destination ? Ces questions demeurent entières.

En espérant qu’Ali Bongo ne souffre pas de cécité

Le Président du Gabon, Ali Bongo

Le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, a été, incontestablement, sérieusement touché par l’accident vasculaire cérébral dont il a été victime à Riyad, au point qu’il se déplace en fauteuil roulant, du fait d’une paralysie. Toutefois, le regard hagard du dirigeant laisse planer le doute sur ses aptitudes visuelles, en espérant que le Président de ce pays d’Afrique Centrale n’est pas atteint de cécité.

Le discours prononcé par le Vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, alors qu’il revenait d’une visite rendue à Ali Bongo, au Maroc, ne laissait aucun doute sur la gravité de l’attaque dont était victime le chef de l’Etat gabonais. « Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu’un d’autre, celui qui n’a jamais connu un AVC, qu’il prie Dieu pour qu’il n’en connaisse jamais (…). De toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi », avait lancé à Franceville, le samedi 9 décembre 2018, Pierre Claver Maganga Moussavou.

A lire : Gabon : la preuve qu’Ali Bongo est… paralysé

Cette sortie de l’homme fort du Gabon, à cette époque, puisqu’il assurait l’intérim d’Ali Bongo, en rééducation à Rabat, en disait long sur les conséquences désastreuses causées par l’accident vasculaire cérébral contracté par chef de l’Etat gabonais, le 24 octobre 2018, en Arabie Saoudite. Ali Bongo était en effet complètement déformé du fait d’une hémiplégie droite, ayant atteint l’œil, le bras et la jambe du même côté. Une paralysie qui a contraint le Président gabonais à désormais se déplacer en fauteuil roulant.

A lire : Rééducation au Maroc : quand l’état d’Ali Bongo fait pitié au Vice-président du Gabon

Au vu des premières images du chef de l’Etat du Gabon, l’on sait qu’Ali Bongo souffre de strabisme. Seulement, la question est de savoir si la conséquence de la maladie au niveau oculaire se limite uniquement au strabisme. Le regard hagard d’Ali Bongo, qui, visiblement ne lisait pas l’allocution lors du traditionnel discours à la Nation à l’occasion du nouvel An, est sujet à des questions sur ses capacités visuelles. Ali Bongo souffre-t-il de cécité ? D’autant que la cécité est parfois causée par un accident vasculaire cérébral sévère. L’avenir nous édifiera.

A lire : Gabon : Ali Bongo en fauteuil roulant comme Bouteflika d’Algérie ?

Rappelons qu’Ali Bongo, de retour au Gabon ce lundi 14 janvier 2019, était absent de son pays depuis près de 3 mois. Ce, du fait d’un accident vasculaire cérébral dont il a été victime le 24 octobre 2018, à Riyad, en Arabie Saoudite. Après un traitement sur place de plus d’un mois, le dirigeant gabonais, sur invitation de son ami, le roi Mohammed VI, est transféré au Maroc, le 28 novembre 2018. Après une première séance de rééducation à l’hôpital militaire de Rabat, Ali Bongo a poursuivi son traitement dans une résidence privée. Et c’est de là qu’il a rejoint le Gabon pour valider le nouveau Gouvernement dirigé par le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, à travers une cérémonie de prestation de serment riche en enseignements.

Franck Koffi. – Afrik.com-

Laisser un commentaire