G5 SAHEL : Les limites d’une force sous influences françaises

Le 05 février à Ouagadougou, les 5 dirigeants du G5 Sahel ont pris part à la 5e conférence des chefs d’Etat de l’organisation. Une grande messe qui vise à boucler les principaux projets de l’organisation notamment l’effectivité de la force militaire. Mais l’omniprésence française, les guerres de leadership, la méfiance de potentiels bailleurs de fonds et la mise à l’écart de l’union africaine n’arrangeront rien.

Début février, la conférence des chefs d’Etat du G5 Sahel s’ouvre à Ouagadougou. Les cinq dirigeants ont tous répondu au rendez-vous, occasion pour Marc Kaboré (Burkina Faso), dont le pays héberge le Centre sahélien d’analyse des menaces et d’alertes précoces (CSAMAP),de recevoir le flambeau de l’organisation pour une année, des mains du nigérien Issoufou Mahamadou. Gestes plutôt symboliques qui cachent mal les problèmes d’efficace de cette fameuse coordination contre le terrorisme au Sahel, mis en place à l’initiative de Paris en décembre 2014. Cinq ans après, à part la mise en place de son secrétariat permanent à Nouakchott, peu d’avancées et trop de confusions et de conflits intestinaux.

Trop francocentrique

Décembre 2014. L’idée d’une force commune est partie d’une opération militaire plutôt conjointe, menée par la fore française Barkhane et regroupant aussi des militaires du Niger et du Tchad aux frontières que ces deux pays partagent avec la Lybie. Dénommée « Mangouste », les résultats de l’opération ont été plutôt mitigés mais salués par la plupart des responsables militaires comme « un bon début ». Elle recevra la visite des chefs d’Etat major de la France, Pierre de Villiers, du Niger, Seyni Garba et du Tchad Brahim Seîd Mahamat. Très vite, l’influence de Paris a été forte dès le lancement de l’idée. La France a écarté habilement les organisations régionales (Uemoa, Cedeao et Cemac) auxquelles appartiennent les  pays membres du G5 Sahel. Ce qui a fait de l’organisation un regroupement de pays africains (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) détachés de leurs organisations régionales avec qui ils partagent pourtant en commun la lutte contre le terrorisme et placés sous le contrôle financier et militaire de Paris. C’est le principal obstacle qui a provoqué, dès le début, des conflits d’intérêts entre les Etats membres. Pour être efficace, une telle force doit être placée sous la supervision de l’Union africaine qui n’a malheureusement été associée que pour sollicitée en décembre 2014 l’accord de l’Organisation des nations unies (Onu) pour lancer une force internationale contre le terrorisme. L’Algérie s’est immédiatement opposée. Depuis, tout se passe sous le contrôle exclusif de la France. Ancien ministre de la défense et dernier rempart de la françafrique, Jean yves Le Drian s’implique régulièrement dans les diverses décisions de l’organisation et use de ses liens proches avec Idriss Déby (Tchad), Issoufou Mahamadou (Niger) et Marc Kaboré (Burkina Faso) pour influencer les diverses orientations du G5 Sahel tout en maintenant l’UA et la Cedeao à l’écart du commandement militaire.

Une force aléatoire et au commandement éclectique

La seule opération commune lancée début novembre 2017 à N’tillit dans la région de Gao au Mali s’est soldée par trop de mésententes et des difficultés réelles à imposer une coordination centrale. Elle n’a duré d’ailleurs qu’une dizaine de jours. D’autant que sa constitution éclectique a favorisé l’émergence  de pôles nationaux de commandement. Venant majoritairement du Burkina Faso, 350 hommes contre 200 du Niger et idem pour le Mali, les militaires de l’opération « Hawbi » sont tout de suite menés par la France qui y associe 180 soldats. Une présence française trop forte qui, au lieu de se réduire à des experts et quelques officiers de l’Hexagone, est fournie en hommes de rang rendant complexe le commandement. L’attaque suicide qui a détruit le Poste de commandement opérationnel de la du G5 Sahel basé à Mopti au Mali a vite fragilisé la stratégie militaire d’autant que peu après, Didier Dacko qui en était le chef a été limogé par Bamako. Un mauritanien lui succèdera. Le général malien s’était montré extrêmement critique à l’égard de l’organisation, au lendemain de l’opération de N’Tillit. Dans la foulée, en privé, il avait dénoncé « une présence française quasi coloniale« . Des propos mal accueillis par Jean Yves Le Drian qui venait, à Paris, de passer du ministère de la Défense à celui des Affaires étrangères. Aussi, malgré la mobilisation des 5000 hommes, la France peine à boucler le budget de la force. Sur les 400 millions nécessaire, seul 275 sont disponibles alors que, agacés par l’omniprésence de la France, les autres donateurs (l’Arabie Saoudite et l’Allemagne  notamment) hésitent à honorer leurs promesses. La force militaire, pour être efficace, doit aussi être autonome et les éléments mis à disposition par leur pays pour une durée indéterminée pour constituer une armée aussi pérenne que durera la lutte contre le terrorisme. Son commandement doit être dépolitisé et véritablement aux mains des Africains.

Absence de l’Algérie et de la Lybie

L’absence de l’Algérie est aussi un frein à la naissance du G5 Sahel. Dès l’initiative à l’Onu en 2014, Alger n’ pas voulu en entendre parler. Ce refus est motivé à la fois par le fait que la constitution algérienne interdit l’intervention à l’extérieur des forces de l’ordre nationales mais aussi par le fait que le pays n’a pas été associé, en amont aux réflexions ayant abouti à la naissance du G5 Sahel. S’estimant en puissance régionale, le pays de Bouteflika ne supporte pas le monopole français. L’Algérie ne veut pas non plus devoir laisser des forces étrangères, notamment françaises intervenir sur son sol, ce qui pourrait faciliter des troubles « avec en arrière plan des puissances ennemies« . Les longs entretiens de Emmanuel Macron avec Ahmed Gaïd Salah n’ont pas réussi à faire fléchir la position algérienne. A 79 ans, le chef d’Etat major de la puissante armée algérienne, très proche de Moscou et qui a aussi rang de vice-ministre de la défense aura concédé seulement à paris  » la fourniture plus accrue de renseignements ». Insuffisant pour Paris, mais al France doit s’en accommoder. Ayant été à la base de la prolifération d’armes dans le Sahel à la suite de la mort de Kadafi, la Lybie aurait pu être davantage associée. Mais le pays n’a pas un gouvernement stable et les groupes armées qui en partagent le territoire craignent d’être associés par les Occidentaux aux terroristes.

Une chose est certaine, sans un retour du centre de décision en Afrique et une collaboration plus forte avec l’Union africaine et les organisations régionales, la force aura du mal à s’en sortir. En attendant, elle aura beau multiplier des sommets et rencontres, ses querelles intestines ne feront que profiter aux groupes terroristes, quoique affaiblis dans le Sahel que partout dans le monde.

MAX-SAVI Carmel, Paris, Afrika Stratégies France

Laisser un commentaire