Djibouti : La République attend toujours ses fils et filles prodigues

« Rien n’est plus dangereux que l’autorité en des mains qui ne savent pas en faire usage  ». JeanJacques Rousseau, Pensées d’un esprit droit.

L’on ne saurait parler de politique sans la comprendre. La pratiquer n’a jamais été facile. Encore moins dans un pays où une dictature règne d’une main de fer. Parce que tout simplement, la politique est contingente. Variable. Parce que le leader, le vrai tout comme le faux, se trouve perpétuellement en face d’une situation nouvelle et, en partie au moins, imprévue. Qui l’eût cru que Djibouti se serait retrouvé isolé dans la corne de l’Afrique, dans ce chamboulement où des forces profondes sont à l’œuvre ? Instable, elle l’est manifestement. Cruelle, décidemment. Incrédule, assurément.

En ce sens, elle ne peut donc être gérée par des hommes dépourvus de convictions fortes, qui, à la base, n’ont pas la carrure des chefs charismatiques et dont la structuration « étatico-partisane-clanique » de la vie politique actuelle a propulsé aux arcanes décisionnelles de la nation. C’est ce que décrit parfaitement bien le sociologue allemand Max Weber en utilisant une expression allemande devenue célèbre, je cite « de la montée en puissance des BERUFSPOLITIKER OHNE BERUF » illustrant l’avènement « d’hommes politiques professionnels sans vocation et ni convictions » dans son livre « L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme », œuvre fondatrice de la sociologie moderne.

Ce qui explique, actuellement, en grande partie, la composition du gouvernement Djiboutien dans lequel chacun profite, faute de contrôle et d’impunité, à sa façon, de son quart d’heure Warholien. Ce qui explique, aussi, la composition de l’assemblée nationale où siègent des personnalités choisies pour leur servilité, leur obéissance passive, en somme, leur faculté à ne pas contrarier les intentions d’en haut. Ce qui explique, enfin, que le pedigree suffit à certains pour occuper des hautes fonctions échappant totalement à leur compétence.

C’est pourquoi ce pays a réellement besoin des Hommes qui le font sortir des voies ordinaires, capables d’ébranler l’ordre établi, de percevoir la réalité des conditions qui les entourent et d’éprouver l’impulsion correspondante dans un grand mouvement d’unité. En d’autres termes, des Hommes de Caractère, d’instinct et de rassemblement.

Tout homme politique suscite des polémiques. Les demandes sont hétérogènes. Certaines tribales. Voire communautaristes. D’autres nationales ou pécuniaires. Le leader charismatique doit les incorporer, les transformer en une demande collective, en une passion commune dont il doit incarner l’identité. Il en sera, ainsi, en terme empirique, la représentation. Dès lors, s’installe un double-mouvement vertical qu’il faudra pérenniser : « du représenté vers le représentant et du représentant vers le représenté ». Rassembleur, il l’est.

Le chefaillon, lui, amuse. Il entretient les clivages et les divisions. Il assure l’instabilité. Son irresponsabilité est trop souvent éclatante. Parant au plus pressé, il ne cesse d’osciller entre les projets, entre les tiraillements incessants. Sa marque, le retournement de veste. Le chefaillon dirige par la ruse et la force. Par le mensonge et par l’éclat du faux. Privé d’une perception homogène de la population, il ne peut régner sur une population de plus en plus diverse et nombreuse. Sectaire, il l’est.

L’épanchement, le leader, le vrai, ne le connaît pas. La fièvre narcissique non plus. Tout comme les récompenses ostentatoires. La controverse et ses emballements, il les affronte. « La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même », nous apprend Charles de Gaulle, dans « Mémoires de guerre ». Face aux événements, l’homme de caractère impose sa marque. Le leader navigue entre rêve et réalité. Entre rationalité méticuleuse et folie douce. Obéit et suivi, il l’est.

Le chefaillon, par manque de confiance en soi, a besoin de s’entourer d’une presse ou d’un groupe de personnes l’encensant, s’adonnant au culte de sa personnalité et dressant son hagiographie. A l’envie de plaire, il lui concède tout. Son intégrité. Son honneur. Incapable de se dresser face à ses responsabilités, il se débine le plus souvent. Le goût du risque, il n’en fait point son affaire. La prise d’initiative, non plus. Dans le peu qu’il entreprend, se mêlent l’indécence et la farce. Par l’agitation, il se donne et donne l’illusion d’influer sur les événements. Sans prestige et sans ressort, il l’est.

L’instinct, force naturelle chez le leader, lui procure les jugements éclairés, les enchainements logiques pour entreprendre par la suite. Elle précède, en matière de conception, chaque décision. C’est grâce à elle qu’il perçoit étroitement la réalité profonde qui l’entoure. Il flaire tout. Cette intuition qui confère au leader le commandement n’est-elle pas celle qu’explique Gustave Flaubert dans « Salammbô » quand il décrit Annibal encore adolescent, portant déjà les germes « de l’indéfinissable splendeur de ceux qui sont destinés aux grandes entreprises » ? Tous les grands hommes ayant marqué l’histoire en sont doués. N’est-ce pas ce qu’Alexandre le Grand appelait plus communément « son espérance » ? César « sa fortune » ? Napoléon « son étoile » ?

Le chef porté donc par ces trois (3) caractéristiques que sont le caractère, l’instinct et le trait de rassembleur, détient ainsi une certaine qualité de voix. Une parole capable d’émouvoir, d’entraîner, de galvaniser et de convaincre non pas simplement par des techniques rhétoriques et communicationnelles, comme on en voit très souvent sur Facebook, mais parce qu’on y entend une voix portée par l’esprit, quelque chose qu’on ne peut guère appréhender que sous l’œil de l’authenticité et sous l’angle de la conviction. Ainsi, cette voix ne phénoménalise-t-elle pas ces trois ferments et n’en produit-elle pas la persuasion ?

Jusqu’à présent, ce pays, n’a eu que des chefaillons ne s’appliquant à ne rien prescrire qui ne leur soient prescrit par l’autorité supérieure. Tant dans la majorité que dans l’opposition. A l’exception de rares personnalités qui n’ont jamais eu la chance ou l’opportunité d’y œuvrer. Notamment le regretté Ahmed Dini. D’ailleurs, Raymond Aron, dans « Introduction à Weber », ne résume-t-il pas dans une formule saisissante les grands traits distinctifs du leader en écrivant : « L’homme obéit aux chefs que l’accoutumance consacre, que la raison désigne, que l’enthousiasme élève au-dessus des autres.  ». En d’autres termes : tradition, rationalité et charisme.

Plus de 41 années après notre indépendance, la République attend toujours ses fils et filles prodigues !

Kadar Abdi Ibrahim

Laisser un commentaire