La politique de la France en Centrafrique: dettes et Kalachnikovs

Décryptage. En visite à Bangui, le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a promis 24 millions d’euros et des armes. Une stratégie pour reprendre la main face à une Russie très présente.

Le message a été martelé par Jean-Yves Le Drian lors d’une visite express de vingt-quatre heures à Bangui, capitale de la République centrafricaine. En tête-à-tête avec le président Faustin-Archange Touadéra, avec son homologue des affaires étrangères, Charles Armel Doubane, en conférence de presse, en visitant un chantier humanitaire ou devant la communauté française… Paris veut reprendre la main dans son ancienne colonie, en lambeaux, où la Russie a déboulé il y a quelques mois en lançant des initiatives tous azimuts soutenues par Bangui et contrariant la France.

En langage diplomatique, dans la bouche du ministre français des affaires étrangères – et ministre de la défense au temps de l’opération militaire française Sangaris (2013-2016) destinée à mettre un terme aux affrontements entre les groupes rebelles –, cela donne : « J’ai toujours été là pendant les bons et les mauvais moments, tout le monde ne peut pas en dire autant. » Comprendre, la Russie.

Ce fut sa première phrase prononcée publiquement sur le sol centrafricain, jeudi 1er novembre, dans le quartier Boeing, accolé à l’aéroport où l’ONG française Acted réhabilite des centaines de logements occupés par des déplacés centrafricains de la crise de 2013. A l’époque, il y avait là plusieurs centaines de milliers de personnes cherchant la protection des militaires de Sangaris, basés à proximité, contre les exactions de milices.

 

75 % du territoire échappe au contrôle des autorités

Plusieurs milliers de familles survivent toujours là, dans l’insalubrité et l’incapacité de regagner leurs foyers. Preuve, s’il en fallait, de la volatilité de la situation sécuritaire à Bangui, en particulier, et en Centrafrique d’une manière générale.

« Dans toute sa laideur, c’est la réalité d’un Etat faible dans un contexte violent », résume Parfait Onanga-Anyanga, chef de la mission des Nations unies (ONU) en Centrafrique (Minusca), forte d’un contingent de 12 000 hommes émargeant sur un budget annuel de 1 milliard de dollars (875 millions d’euros), soit l’équivalent d’environ 60 % du produit intérieur brut (PIB) centrafricain ou plus de deux fois le budget national. Il n’empêche, 75 % du territoire échappe au contrôle des autorités centrales et des Casques bleus.

Comment rétablir, ou plutôt instaurer, un semblant d’autorité dans ce pays charnière d’Afrique centrale voisin des deux Congos, du Soudan et du Tchad ? La France, aiguillonnée par la Russie qui surfe sur les critiques centrafricaines – variant, selon les circonstances, du néocolonialisme ou, à l’inverse, de ne pas vouloir ressusciter Sangaris –, est venue réaffirmer qu’elle ne se désintéresse pas de la question.

 

La France a donc sorti son chéquier : 10 millions d’euros d’aide budgétaire directe. On ne peut pas dire que la méthode soit innovante dans ce pays que Paris a longtemps tenu sous perfusion. Ni que la somme mette en danger les finances françaises. Mais M. Le Drian a pris soin de préciser, sans trop ménager les susceptibilités locales, que « cela correspond à deux mois de salaires des fonctionnaires centrafricains ». Militaires compris.

1 400 fusils-mitrailleurs seront livrés

C’est d’ailleurs pour contribuer à équiper les Forces armées centrafricaines (FACA) en cours de refondation – grâce, notamment, aux programmes de l’Union européenne (UE) intégrant plusieurs dizaines de formateurs français – que M. Le Drian a aussi annoncé la livraison prochaine de 1 400 fusils-mitrailleurs. Ces armes proviennent d’une saisie de Kalachnikovs réalisée il y a plusieurs mois par les Français en mer Rouge au large de la Somalie.

En décembre 2017, Moscou avait obtenu du Conseil de sécurité de l’ONU un accord d’exemption à l’embargo sur la livraison des armes à destination de la Centrafrique, associé à l’arrivée de 175 formateurs russes.

Depuis, le groupe de surveillance de l’ONU pour les sanctions contre la RCA s’est inquiété du manque de transparence de cette opération prévue pour une année et dont le terme arrive prochainement et M. Le Drian a tenu à préciser que l’opération française, elle, est réalisée « dans le cadre strict, respectueux et transparent des Nations unies, dans une transparence totale, à la fois sur l’origine, sur l’acheminement, et sur la livraison ».

Outre ce soutien militaire, le ministre a précisé que le montant total des aides se monterait à 24 millions d’euros. Outre le paiement des arriérés de salaires des fonctionnaires, l’argent permettra l’installation de ponts, pour une longueur totale installée de 300 mètres, participant au désenclavement d’un territoire qui se transforme en archipel durant la saison des pluies. Il sera aussi consacré aux réfugiés et aux déplacés centrafricains qui vivent à la frontière avec le Cameroun.

Se différencier de la Russie

En filigrane, au-delà des interrogations légitimes concernant l’instabilité chronique du pays et la désespérance des populations, il s’agit de montrer sa différence par rapport à la Russie. « C’est quoi l’aide et la coopération russe en Centrafrique ? », demande un acteur français. Pas grand-chose sans doute, mais les acteurs russes, publics ou privés, se sont engouffrés ces derniers mois dans les failles de la lassitude française et de l’impuissance de la communauté internationale à rétablir la sécurité en Centrafrique.

Grâce à ses entrées au Soudan, la Russie tente ainsi de mettre en place un processus de négociation entre le pouvoir central et les groupes rebelles. Mi-novembre, une nouvelle session de discussion pourrait se tenir à Khartoum à l’initiative de Moscou polluant ainsi l’initiative de paix, certes enlisée, mais conduite par l’Union africaine avec le soutien de l’ONU, et de Paris. A Bangui, M. Le Drian a ainsi rappelé à chaque fois qu’il l’a pu qu’il « n’existe aucune alternative à l’initiative de paix africaine ».

Sera-t-il entendu alors que l’initiative russe, elle, se révèle beaucoup plus avantageuse pour les rebelles – Séléka ou anti-Balaka – qui ont du sang sur les mains et un pouvoir qui a les yeux rivés sur son agenda électoral ?

Par Christophe Châtelot (Bangui).

« Des armes et de l’argent français pour reconquérir la Centrafrique »

Le Monde

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 22 =