11 novembre : l’histoire se répète dans le monde arabe ?

Pourquoi j’ai toujours refusé de porter une rose rouge en solidarité avec les « martyrs » de la première guerre mondiale durant mes passages à la télévision britannique ? Le Roi d’Arabie saoudite va-t-il jouer le rôle du Chérif Hussein et lancer la seconde grande révolution arabe avec « l’OTAN arabe » face à l’Iran ? La « transaction du siècle » est-elle une nouvelle déclaration Balfour ?

haque année à cette période, les Britanniques portent des roses rouges sur leurs poitrines en solidarité avec les soldats morts au combat durant la première guerre mondiale.

J’ai et je continue à participer à de nombreuses émissions en tant qu’analyste et commentateur sur le Moyen-Orient et j’ai toujours été seul ou presque à ne pas me conformer à cette règle, ce qui a provoqué des interrogations pendant de nombreuses années.
Ces soldats ont tué des milliers d’Arabes et de musulmans

Un collègue d’origine africaine m’a demandé les raisons de mon entêtement à ne pas porter cette rose rouge. Je lui ai répondu qu’une grande partie de ces soldats avec lesquels je devais me solidariser et célébrer leurs actions nous combattaient et occupaient nos terres. Ils les ont mis sous protectorats français et britanniques et ont tués des milliers d’Arabes et de musulmans.

J’écris cela à l’occasion des impressionnantes célébrations qui ont eu lieu à Paris dimanche, en présence de soixante chefs d’Etat des quatre coins du monde (trois du Maghreb et aucun de l’Orient arabe) dont Donald Trump et Vladimir Poutine, pour le centenaire de la fin de cette guerre et la signature de l’armistice entre les deux camps, soit l’Allemagne, la France et leurs alliés.

La première guerre mondiale a été la plus grande trahison dont nos dirigeants ont été victimes de la part des Anglais et des Français, qui leur ont demandé de se révolter contre l’Empire ottoman car ils étaient d’une autre ethnie, en échange d’une indépendance matérialisée par un Empire arabe unifié.

Le Chérif Hussein Ben Ali a gobé ce mensonge et a mordu à l’hameçon britannique en proclamant la grande révolution arabe mais, à la fin de la guerre, les Britanniques n’ont pas tenu leur promesse, comme à leur habitude. Ils se sont partagés avec les Français les régions arabes qui appartenaient à l’Empire ottoman dans le cadre des accords Sykes-Picot. Balfour a fait sa funeste promesse de donner la Palestine aux Juifs pour qu’ils y fondent leur Etat et la suite de l’histoire est connue…
Les Etats-Unis jouent le rôle que jouaient la Grande-Bretagne et la France

Cent ans après, l’histoire se répète. Les Etats-Unis jouent le rôle que jouaient la Grande-Bretagne et la France. Ils préparent le terrain à une deuxième grande révolution arabe sous le nom d’OTAN arabe sunnite, afin de faire la guerre à l’Iran cette fois-ci, avec la participation d’Israël.

Le Chérif Hussein Ben Ali a lancé sa grande révolution arabe depuis La Mecque et son successeur, ou plutôt son rival saoudien, le Roi Salman Ben Abdulaziz et peut-être son fils Mohammed Ben Salman, seront les chefs de ce mouvement « arabe sunnite » parrainé par les Etats-Unis et Israël, sous prétexte de lutte contre l’expansion iranienne menaçant la région. Il est paradoxal que la Jordanie fasse partie de ce nouvel OTAN arabe, qui sera peut-être annoncé en janvier au sommet des huit (six Etats du Golfe avec l’Egypte et la Jordanie) à Washington, si tout se passe comme l’ont prévu Benyamin Netanyahou et Jared Kushner, gendre du Président américain. En ce qui concerne la nouvelle déclaration Balfour, elle est incarnée par la « transaction du siècle », qui est un des piliers du plan américano-israélien que nous venons de mentionner.

Nous sommes devant un leurre qui sera peut-être plus dangereux que le premier et nous impliquera dans une guerre dont nous, les Arabes, seront les premières victimes. Elle épuisera nos richesses, ou ce qu’il en reste, et se terminera par la destruction de nos villes et villages, sans oublier nos puits de pétrole. Il y a tout de même une différence de taille : Israël, qui appelle à la guerre, n’en sortira pas indemne et sera d’une manière ou d’une autre victime des destructions comme les pays de « l’OTAN arabe ».
Un plan voué à l’échec

Nous sommes devenus la risée de Trump et Netanyahou, qui nous conduisent à l’abattoir alors que nous sommes plus divisés que jamais. Beaucoup de nos frères, dont certains sont au pouvoir, s’empressent d’enjoliver ce plan voué à l’échec et de le vendre aux peuples de la région.

Le Traité de Versailles, qui a mis fin à la première guerre mondiale, n’a pas tenu plus de 20 ans. Il a été à l’origine de la deuxième guerre mondiale à cause des injustices et humiliations qu’il a infligées à l’Allemagne. Ce scénario pourrait bien se répéter dans le monde arabe, où Israël et ses alliés arabes complices de l’Amérique pourraient être les plus grands perdants au bout du compte.

Hassan Nasrallah a conseillé aux Israéliens d’apprendre à nager et de fuir tant qu’il en est encore temps, car cela deviendra impossible une fois que la guerre dont ils seront les victimes aura commencé. Nous ne savons pas quoi conseiller à leurs alliés arabes. Constituer des réserves d’eau pour éviter de mourir de soif ? Rejoindre des pays comme l’Irak, la Syrie et le Yémen où ils seront peut-être en sécurité ? Nous ne serions pas étonnés que la prophétie de Nasrallah se réalise dans les jours à venir…

Abdel Bari Atwan

 

Alterinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 8 =